Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

ADP s’entoure de start-up pour concevoir l’aéroport du futur

Olivier James ,

Publié le

Aéroport de Paris se dote d’un espace d’accueil des start-up et d’un fonds d’investissement dédié à l’innovation. L’enjeu : se moderniser pour faire face à la concurrence entre aéroports.

ADP s’entoure de start-up pour concevoir l’aéroport du futur
Innovation Hub de l'aeroport de Paris ADP a Roissy Charles de Gaulle solutions numeriques start up nouvelles technologies futur
© Guittet Pascal Guittet Pascal

Innover ou mourir. Augustin de Romanet, le PDG d’Aéroport de Paris (ADP) n’a pas dit autre chose, mercredi 29 mars. "Nous avons longtemps été perçu comme une entreprise en situation de monopole, mais ce n’est plus le cas aujourd’hui. Nous avons pris conscience que nous étions une entreprise fragile, une entreprise mortelle". Compétition accrue avec les hubs aéroportuaires du Golfe et avec les grandes zones commerciales, voire avec les transporteurs aériens…

Pour résister, ADP vient de passer à la vitesse supérieure en lançant le programme Innovation Hub : le groupe a inauguré un nouvel espace de 300 m² pour accueillir les start-up – au sein de son nouveau siège social à l’aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle – et annoncé la création d’un fonds d’investissement, doté d’une enveloppe de 16 millions d’euros sur cinq ans.

Un budget encore modeste

"Cela fait quatre ans que nous avons commencé à travailler avec des start-up, mais l’idée cette fois est de faire masse", explique Edward Arkwight, directeur général exécutif d’ADP. Notre objectif est de testé une quinzaine de projets par an et d’en retenir environ trois. Une culture de l’essai, voire de l’échec, issu du monde numérique, bien loin des standards de l’ingénierie aéronautique traditionnelle. Le nouvel espace inauguré ressemble aux fablab et autres espaces innovants qui ont fleuri dans l’industrie ces dernières années : pièces biens éclairées, couleurs vives, objets de décoration décalés, mise en avant de l’entreprenariat…

Le budget du groupe pour l’innovation s’élève entre 2 et 3 millions d’euros par an (sans compter le nouveau fonds), ce qui reste modeste comparé au chiffre d’affaires (2,9 milliards d’euros en 2016). Malgré tout, Innovation hub - animé par une équipe de sept personnes - se veut être une réponse plus structurée qu’auparavant pour répondre au défi de la modernisation des aéroports du groupe (en particulier Paris-Charles-de-Gaulle et Paris-Orly).

Des projets prometteurs

ADP a mis en avant lors de cette journée de lancement le robot voiturier développé par la start-up Stanley Robotics, déjà opérationnel au niveau de l’aéroport Paris-Charles-de-Gaulle : dans un espace dédié du parking, le robot détecte la voiture, la soulève puis la gare, laissant à l’usager les clés de son véhicule. "Suivant les configurations des parkings, notre solution permet à l’entreprise d’augmenter les capacités de 30 à 50%", assure Clément Boussard, le patron de cette entreprise créée en janvier 2015.

D’autres start-up s’annoncent prometteuses pour ADP. C’est le cas de Safety Line et de sa solution d’optimisation du trafic des avions au niveau de l’aéroport, de Destygo et de son chatrobot pour répondre aux questions des usagers, mais aussi de Pacifica Decision avec son tableau de bord de l’aéroport pour suivre en temps réel les flux de l’aéroport.

Une mise à niveau nécessaire

Au-delà des start-up, ADP cherche à constituer un écosystème propice à l’innovation. Le groupe s’est rapproché d’incubateurs tels que Starburst Accelerator, Welcome City Live et Alacrité, de pôles de compétitivité (Astech et Cap Digital), mais aussi de fonds comme Cathay Innovation, XAnge et Elaia partners. De quoi faire émerger des idées innovantes qui permettront peut-être à ADP de se mettre à niveau.

Le jour même du lancement d’Innovation Hub, Flight Report publiait son classement 2017 des meilleurs aéroports du monde. Résultat : les aéroports parisiens ne se hissent qu’à la 48ème et 49ème place, en prenant en compte l’accès, la fluidité, les services et la propreté des aéroports. L’apport des start-up pourrait à terme leur permettre de regagner quelques rangs, ainsi qu'aux 23 autres aéroports du groupe.

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle