Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Adisseo sous pavillon chinois

Publié le

La société chinoise ChemChina vient de mettre la main sur le spécialiste français de la nutrition animale Adisseo, une activité cruciale pour son marché national.

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

"Je préfère me développer avec les Chinois que contre eux », insiste Patrick Verschelde, le P-DG du groupe français spécialisé en alimentation animale Adisseo. La société, qui compte 1 360 salariés, dont 1 100 en France, aura réalisé en 2005 un chiffre d'affaires de 500 millions d'euros. Achetée à Aventis en 2002 par le fonds britannique CVC Capital Partners, l'ex-Rhône Poulenc nutrition animale vient de passer sous le contrôle du géant public chinois ChemChina (via sa filiale Bluestar). Une transaction évaluée à 400 millions d'euros par les médias asiatiques, sur laquelle CVC Capital Partners doublerait sa mise de départ.

Le marché chinois, crucial pour l'avenir de l'entreprise

De fait, le marché chinois est crucial pour l'avenir d'Adisseo. « Pour le gouvernement chinois, l'alimentation animale est une des priorités », note Gérard Deman directeur général d'Adisseo. Si la croissance du marché mondial des acides aminés est de 5 % par an en moyenne, elle atteint 10 à 15 % en Chine, qui a produit cette année 7,5 milliards de poulets. Pour suivre cette demande, Adisseo avait déjà pour objectif, avant la vente, d'implanter une usine de méthionine en Asie d'ici à 2009. Sans doute en Chine.

La méthionine, qui pèse plus de 60 % des ventes du groupe, est un des acides aminés indispensables à la croissance des volailles et des porcs (avec la lysine, méthionine, thréonine et tryptophane, par ordre d'importance). La deuxième source de ventes d'Adisseo provient des vitamines A et E (33 % du chiffre d'affaires), pour lesquelles la concurrence chinoise est rude. Enfin Adisseo est aussi présent sur le marché des enzymes, dont elle espère tirer 10 % de ses ventes cette année. Ce marché devrait continuer à croître, notamment en Europe avec l'interdiction cette année d'utiliser les antibiotiques dans l'alimentation animale.

Adisseo est l'un des trois grands producteurs mondiaux de méthionine. Cet acide aminé est fabriqué dans ses quatre principales usines : les deux sites français, Commentry (Allier) et Roches-Roussillon (Isère), comprenant respectivement 650 et 150 salariés ; le site espagnol de Burgos et l'unité américaine d'Institute, en Virginie. Des sites soumis à d'importants plans de productivité pour rester compétitifs.

Les salariés craignaient une vente par appartements

Coté chinois, ChemChina, dont le siège est à Pékin, a annoncé vouloir garder la direction et les équipes en place « atouts importants de cette entreprise », selon Anthony Clinch, directeur de CVC Capital Partners. Chimiste de spécialité, ChemChina (6 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2004, dont 2 milliards pour BlueStar), qui n'avait pas d'activité dans l'alimentation animale, était intéressé, de prime abord, par la méthionine, pour laquelle le marché chinois ne compte aucune usine, « contre déjà quelque 18 projets pour la lysine », analyse Patrick Verschelde. « Mais nous avons su faire valoir l'importance clé de notre portefeuille complet », poursuit le P-DG.

Cette acquisition globale éloigne le spectre « de la vente par appartements, qui angoissait les salariés », selon les délégués CGT. Reste à Adisseo à relever un défi : parvenir à maintenir, malgré son nouvel actionnaire, d'importantes capacités de recherche et de production en France alors que le groupe réalise 92 % de son activité à l'exportation.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle