Technos et Innovations

Adieu MeeGo et LiMo, bonjour Tizen

Publié le

Jusqu'ici très dispersées, les distributions Linux pour mobiles s'unissent, avec l'appui de la fondation Linux et de plusieurs poids lourds de l'informatique et des télécoms, dont Intel et Samsung. L'espoir est de proposer une alternative à Android dans de multiples secteurs.

Adieu MeeGo et LiMo, bonjour Tizen © Andrew Mason - Flickr - C.C.

Nokia rallié à la cause de Microsoft, le sort de la distribution Linux pour mobiles MeeGo était suspendu à la décision d'Intel, son co-fondateur, de continuer ou pas l'avenir en solo. Les dés viennent d'être jetés : Intel s'est associé hier aux fondations Linux et LiMo (Linux Mobile) afin de mettre au point prochainement une nouvelle plate-forme open source "multi-terminaux", fusionnant les meilleurs éléments de MeeGo et de LiMo.

Hébergé par la fondation Linux, le nouveau projet s'appelle Tizen et peut déjà compter sur deux soutiens de poids : il sera supervisé par un comité d'experts d'Intel et de Samsung - lequel envisagerait de son côté d'ouvrir le code de son système Bada, et donc peut être de le verser au pot commun...

Opérateurs, équipementier, industriels...

Au-delà de ces deux membres fondateurs, Tizen promet un environnement de développement susceptible d'intéresser les opérateurs et les équipementiers, nombreux à soutenir la LiMo Foundation

Contrairement à MeeGo, qui s'appuyait pour beaucoup sur les outils de développement Qt de Nokia, Tizen privilégiera le standard Web "ouvert" HTML5, présenté comme "l'avenir" par la communauté MeeGo. Entre autres avantages, il est l'environnement "privilégié" sur la place de marché d'applications mobiles WAC (Wholesale Applications Community) soutenue depuis 2010 par plus d'une vingtaine d'opérateurs internationaux.

De quoi offrir un contrepoids au système Android de Google ? C'est probable, selon Pierre Ficheux, directeur technique de la société de services en logiciel libre Open Wide et spécialiste des systèmes Linux embarqués. "Même s'il s'appuie en partie sur le noyau Linux, Android n'est pas à proprement parler une distribution et comprend même des composants qui ne sont pas open source", explique-t-il. "Le système de Google a déjà fait ses preuves dans la téléphonie et les interfaces homme-machine. Mais pour d'autres domaines industriels, comme l'automobile, ce n'est pas encore le cas même si on en parle beaucoup."

D'après Pierre Ficheux, il y a donc encore de la place pour un nouveau système, "surtout s'il est piloté par un consortium et conçu pour être embarqué dans de multiples équipements."

Ce n'est pas un hasard, d'ailleurs, si la fondation Linux présente Tizen comme un système compatible avec toutes sortes d'équipements : des smartphones aux tablettes, en passant par les télévisions connectées, les mini-PC et les plates-formes embarquées d'infodivertissement pour les véhicules.

Dans ce dernier domaine, il reste à voir si Tizen saura convaincre, comme son aîné MeeGo, les constructeurs automobiles de la Genivi Alliance.
 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte