L'Usine Auto

Adieu les aides, bonjour les problèmes dans l'automobile

, , , ,

Publié le

Adieu les aides, bonjour les problèmes dans l'automobile © REUTERS

Aidez nous !

Un seul mot dans les médias depuis quelques jours : remaniement. Dans l’automobile, le mot de la semaine a plutôt été aide. Tout a commencé avec des rumeurs concernant la suppression du superbonus en faveur des véhicules GPL. Une rumeur rapidement devenue réalité et qui a créé une vague de protestations tant chez les acteurs du GPL que chez les constructeurs automobiles. Dont PSA Peugeot Citroën qui possède par exemple un site à Dieppe consacré à la transformation de voitures en véhicules GPL.

Les aides dans le secteur automobile, on s’y est habitué depuis la crise en 2008 et la prime à la casse. Celle-là même qui va bientôt disparaître en France, mais qui en Chine a trouvé près de 284 000 preneurs, selon les dernières données officielles. D’autres coups de main apparaissent alors, comme Renault qui a décidé d’offrir des véhicules à des lycéens professionnels.

Dans le secteur du bioéthanol, on trouve que les aides manquent justement et ont en réclament davantage. Surtout que les consommateurs seraient prêts à se convertir aux biocarburants !

Qui a dit mobilité ?

La mobilité et les nouvelles formes de conduite sont au cœur des questions de la dernière enquête d’IBM, qui tire comme leçon numéro que les constructeurs vont devoir s’adapter à de nouvelles formes de conduite et changer considérablement leur manière de travailler. Le tout évidemment sur fond de développement des véhicules électriques. Dans le domaine, General Electric devrait être un acteur incontournable du marché en tant que fournisseur de station de recharge mais pas seulement. Ce dernier a annoncé récemment avoir prévu d’acheter pas moins de 25000 unités électriques pour lancer le marché et convertir ses employés à ce type de véhicules. Il pourrait ne pas être le seul à se lancer dans une telle aventure.

Toujours dans le domaine, Renault peut être rassuré. Sa petite Zoé pourra garder son nom, le constructeur ayant gagné dans le conflit qui l’opposait à des parents mécontents du nom de la voiture. Chez son partenaire Nissan, on s’active autour de la Leaf et on met en place une véritable task force pour garantir les meilleures ventes à venir.
Aux Etats-Unis, l’alliance Fiat et Chrysler travaillent aussi sur le futur véhicule et a annoncé que les batteries de la Fiat électrique seraient conçues directement dans le Michigan.

Malgré toutes ces avancées, certains jouent toujours la carte de la prudence, à commencer par le groupe Toyota qui a déclaré que les ventes pourraient être inférieures aux annonces de certains de ses homologues. De son côté, Renault, qui s’est toujours vu comme le champion du monde du véhicule électrique, commence lui aussi à modérer ses propos, en affirmant que le démarrage de l’électrique devrait être se faire très en douceur. Est ce déjà le début de la fin pour la voiture électrique ?

A chacun ses problèmes

La semaine a été agitée dans la plupart des grands marchés automobiles. Aux Etats-Unis, tout le monde est suspendu à la future introduction en Bourse de General Motors qui devrait intervenir le 18 novembre. Le constructeur chinois SAIC devrait entrer au capital du géant américain, peut-être à hauteur de 1%.

General Motors n’a pas été qu’à la fête cette semaine, car il a dû rappeler encore des véhicules, tout comme son compatriote Chrysler et son concurrent japonais Nissan. Mais tout cela ne semble pas tracasser Chrysler qui compte sur un redémarrage plus rapide que prévu et une entrée en Bourse peut-être pour 2011. Le beau résultat du plan automobile d’Obama, diront certains. Un plan qui fait l’objet de quelques lignes de félicitations dans les mémoires de George Bush qui viennent d’être publiées.

En Europe, l’actualité est un peu plus morose, puisque les ventes auto ne cessent de baisser. Bien loin du bond des ventes en Chine. On attend aussi dans la zone un nouveau système d’étiquetage des pneus pour 2012. Ce qui devrait créer de nombreux problèmes en matière de gestion. Par pays, en Allemagne, un sondage a démontré que les femmes achetaient de plus en plus de voitures. Fini le mythe donc de l’allemand au volant, place à madame désormais. En Italie, Sergio Marchionne continue de défendre ses marques et assure que Volkswagen ne pourra jamais s’emparer de Ferrari et Alfa Roméo. En Russie, Mercedes fait l’objet d’une enquête pour des achats frauduleux. Enfin en France, le groupe Faurecia a racheté l’usine de Visteon à Rennes. On attend les prochains jours aussi pour connaître le nom de la voiture de l’année, sept candidates sont encore en lice.
 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte