Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Ad nominem - Voici le vrai nom de la tour Eiffel

Guillaume Dessaix

Publié le

Ad nominem - Voici le vrai nom de la tour Eiffel
Sans cette demande officielle, le monument le plus connu au monde aurait un autre nom.
© JO - GALLICA

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

Les affaires florissent pour Alexandre-Gustave Bönickhausen. Il collectionne les contrats et les réalisations s’enchaînent. Ponts ferroviaires, gares, usines, viaducs, casino... Sa volonté de reprendre l’usine de teinture industrielle de son oncle a fait long feu. Ses ateliers de charpentes métalliques à Levallois-Perret tournent à plein régime. Pourtant, un grain de sable vient perturber la belle mécanique.

En 1875, un dessinateur, renvoyé de ses ateliers, décide de se venger. Et se répand des mois durant sur son ancien patron. Bönickhausen... Forcément un Prussien ! Pis un espion en mission secrète sous les ordres du chancelier Bismarck. La guerre de 1870, quatre ans plus tôt, et la défaite française ont laissé place au ressentiment et à la frustration. Le sang d’Alexandre-Gustave ne fait qu’un tour. Français né à Dijon, il porte plainte pour diffamation et fait condamner son ex-employé. Pourtant, ce patronyme reste un problème pour lui. Comme pour ses ancêtres. En 1710, son arrière-arrière grand-père, Wilhelm Heinrich Johann Bönickhausen, né en outre-Rhin, s’installe en France. Devant la difficulté des Franzosen à prononcer correctement son nom, il ajoute alors celui de sa région d’origine, l’Eifel. La famille s’appelle désormais Bönickhausen dit Eifel. Un héritage dont Alexandre-Gustave Bönickhausen dit Eifel, ou Eiffel, va s’employer à revendiquer. Le 12 mars 1877, il rédige une lettre au garde des Sceaux Louis Martel. Il y explique que le patronyme a "une consonance allemande qui inspire doutes sur ma nationalité française [...] de nature à me causer soit individuellement soit commercialement le plus grand préjudice. Depuis la dernière guerre [...] on hésite à confier un travail et à faire des commandes à un Allemand".

Le jour de ses 48 ans, le 15 décembre 1880, Gustave Eiffel est officiellement reconnu par le tribunal de première instance de Dijon. Eiffel avec deux "f" pour écarter toute origine germanique. Une nouvelle décennie s’ouvre à lui. Avec elle, un projet de statue éclairant le port de New York. Et la tour la plus haute du monde. Qui portera son nom. Son nouveau nom. 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle