Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Actifed Rhume, Dolirhume, Humex…28 médicaments dans la liste noire de 60 millions de consommateurs

Aurélie M'Bida , , ,

Publié le

Près de la moitié des médicaments en vente libre dans les pharmacies sont dans une liste noire dressée par 60 millions de consommateurs pour 2017. Pointés du doigt, les laboratoires pharmaceutiques qui ont dû consentir 500 millions de baisse des prix des médicaments vendus sur ordonnances et se rattrapent sur les produits en libre-service.

Actifed Rhume, Dolirhume, Humex…28 médicaments dans la liste noire de 60 millions de consommateurs © PulkoCitron

Quel est le point commun entre Actifed Rhume, Dolirhume, Strepsils, Ercéfuryl et Fervex? Sinon qu'il s'agit de médicaments – de saison – vendus sans ordonnance dans les pharmacies. Ces produits sont aussi cités dans la "liste noire" établie par l'association 60 millions de consommateurs, dont le numéro spécial "Se soigner sans ordonnance" à paraître ce mardi 14 novembre pointe les dangers encourus à l'usage de la majorité des médicaments en vente libre.

Sur les 62 médicaments les plus vendus que l'association de consommateurs a passés au crible dans son édition 2017, 45% sont à proscrire car leur rapport bénéfice/risque est défavorable.

La liste des 28 concernés par un rapport bénéfice/risque défavorable, dévoilée par nos confrères de France Info

Rhume - Actifed Rhume, Actifed Rhume Jour & Nuit, Dolirhume Paracétamol et Pseudoéphédrine, Nurofen Rhume, Rhinadvil Rhume ibuprofène/pseudoéphédrine, HumexLib paracétamol chlorphénamine.
Toux - Bronchokod sans sucre toux grasse adultes, Exomuc toux grasse orange, Fluimucil expectorant sans sucre orange, Humex toux sèche oxomémazine sans sucre, Mucomyst toux grasse orange, Toplexil sans sucre.
Mal de gorge - Angi-spray mal de gorge, Colludol, Drill, Drill miel rosat, Hexaspray, Humex mal de gorge lidocaïne-benzalkonium, Strefen sans sucre, Strepsils lidocaïne, Strepsils miel citron.
Etat grippal - Actifed états grippaux, Doli état grippal, Fervex état grippal.
Diarrhée - Ercéfuryl. 
Constipation - Dulcolax, Pursennide.

Multiplicateurs de risques

En cause ? Deux molécules sont incriminées. Un anti-inflammatoire non stéroïdien, l'ibuprofène, et un vasoconstricteur, la pseudoéphédrine, qui ne sont absolument pas nécessaires en cas de "nez qui coulent" selon les auteurs de l'étude publiée dans le magazine 60 millions de consommateurs. Au contraire ses molécules multiplieraient les risques. Pour l'association, la pseudoéphédrine "assimilée par voie orale, elle contracte les vaisseaux sanguins de tout l’organisme. Est-ce bien raisonnable pour un simple rhume ? Clairement, non". Et de lister d'autres risques "ignorés du public" comme certains sirops contre la toux qui peuvent altérer la capacité à conduire un véhicule, chez les femmes enceintes, "la prise d’une seule pastille contre le mal de gorge contenant un anti-inflammatoire non stéroïdien (ibuprofène, flurbiprofène…) ou d’un seul cachet d’aspirine peut avoir des conséquences dramatiques (atteintes rénales et cardio-pulmonaires du fœtus qui peuvent être irréversibles, voire mortelles, pour le futur nouveau-né)".

D'autres médicaments sont jugés inutiles

Toujours selon l'étude de 60 millions de consommateurs, un tiers des médicaments étudiés sont "passables". C'est-à-dire que leur efficacité n'est pas prouvée, mais ils sont généralement bien tolérés, comme par exemple l'antispasmodique Spasfon-Lyoc. Seuls 21% des 62 médicaments présentent un rapport bénéfice/risque favorable, comme le Gaviscon, indiqué dans le traitement du reflux gastro-œsophagien. Même si l'association de consommateurs rappelle qu'en théorie les médicaments vendus sans ordonnance sont moins dangereux que les autres, dans la mesure où ils sont destinés à traiter de petits maux bénins, pour une durée limitée, sans l’intervention du médecin. Mais, dans les faits, les produits associés à la plupart de ces médicaments en libre-service présentent un risque important et doivent être consommés avec précaution.

Les laboratoires pharmaceutiques pointés du doigt

Johnson & Johnson qui commercialise en France notamment Actifed, Sanofi Aventis derrière Dolirhume, Reckitt avec le Nurofen, Urgo et son Humex, tous soulignent dans la notice de leurs produits les effets indésirables encourus à l'usage de leurs produits. Et ils sont nombreux, de la "simple" somnolence, aux réels allergies jusqu'au risque d'accident vasculaire. Pourtant, ces médicaments sont considérés par leurs fabricants comme répondant à un besoin spécifique et bon pour la consommation. Ils ont d'ailleurs tous reçus le feu vert de l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) chargée d'établir le rapport bénéfice-risque  avant d'autoriser la mise sur le marché (AMM) ou par l'agence européenne du médicament (EMA). Contactée par L'Usine Nouvelle, l'ANSM rappelle que les "autorisations de mise sur le marché sont délivrées exclusivement après établissement de la balance bénéfice-risque, et que celles-ci sont circonscrites à un cadre particulier. Chaque autorisation est octroyée pour un cadre donné". Pour l'heure, l'agence ne prévoit pas de réagir plus avant à l'étude publiée par 60 millions de consommateurs.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

15/11/2017 - 11h45 -

Il me parait regrettable et surtout dommageable pour tout le monde de tout mélanger : La plupart des médicaments incriminés est en vente depuis très longtemps; alors, se réveiller un beau matin d'automne avec une illumination subite est rarement bon pour la vérité scientifique; dernier exemple en date bien connu : le synthol; le nombre d'âneries proférées par des gens très bien et moins bien a été colossal. Ce n'est parce qu'un médicament prose un problème à une catégorie particulière qu'il est inutile pour tous les autres(cas des femmes enceintes). Enfin, un peu de bon sens montre que la liste des effets secondaires indésirables indiquée dans les notices est avant tout une protection juridique du fabriquant et après seulement une indication possible de tout ce qui a pu être relevé par le fabricant , le tout étant basé en petite partie à partir de constats techniques mais en grande partie sur les dires des éevntuelles patients (cas habituellement bien connu dans le sondages.
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus