Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Acteon au cœur de la haute technologie dentaire

Marion Garreau , , ,

Publié le

Acteon au cœur de la haute technologie dentaire
Implantée en Gironde, l’entreprise est présente dans 26 pays et cible en priorité le marché américain.

Les dispositifs médicaux de haute technologie sont la force d’Acteon. Cette ETI de 805 salariés située à Mérignac (Gironde) est le numéro un mondial dans les ultrasons de puissance avec son système piézoélectrique, utilisé pour le détartrage et la chirurgie osseuse, et numéro sept mondial dans l’imagerie médicale. Issu de la réunion de deux filiales de Sanofi en 1991, Acteon a connu plusieurs rachats et transformations avant d’entrer dans le giron du fonds d’investissement Bridgepoint en 2014, devenu majoritaire début 2016.

Ancienne cadre dirigeante de laboratoires pharmaceutiques tels que Merck et Lundbeck, Marie-Laure Pochon est recrutée par un chasseur de têtes et prend en octobre 2014 les commandes de l’entreprise. Elle redresse la barre du groupe, à l’époque « en légère décroissance ». En 2015, la croissance d’Acteon a atteint 17 % avec un chiffre d’affaires d’environ 140 millions d’euros. Principal levier : l’international, avec une présence dans 26 pays et seulement 17 % du chiffre d’affaires réalisé en France, derrière les États-Unis et devant la Chine. « Le marché américain représente plus de 45 % du marché mondial de la santé, avec un niveau de prix plus élevé qu’en Europe. Il est notre première cible », explique Marie-Laure Pochon, qui a recruté 30 personnes en deux ans pour porter son équipe américaine à 78 salariés.

En 2015, l’entreprise affichait un Ebitda de 12 millions d’euros, une « rentabilité [qui] n’est pas encore là où elle devrait être », estime la dirigeante. L’objectif est d’atteindre un Ebitda de 18 à 20 % du chiffre d’affaires d’ici à 2019, contre moins de 9 % aujourd’hui. Pour se développer, l’ETI bordelaise veut capitaliser sur ses technologies du dentaire pour partir à l’assaut du médical, marché abordé début 2015. « Notre objectif à deux ou trois ans est que le médical représente un tiers de notre chiffre d’affaires », explique la PDG, ingénieur de formation. Et de citer un exemple : « Nous sommes numéro deux mondial de la caméra intrabuccale. C’est une très ancienne activité de la maison qui peut nous donner des ressources pour aller vers l’imagerie médicale. »

Acteon a retravaillé sa gamme de produits, réorganisé sa masse salariale pour créer une équipe dédiée au médical et lancé une sous-marque pour ce secteur. Sa stratégie vise aussi à développer ses activités commerciales et de marketing. Ses capacités de production, réparties dans cinq usines – deux à Mérignac, les autres à La Ciotat, en Allemagne et en Italie – ne devraient pas augmenter à court terme. Mais des acquisitions pourraient très prochainement intervenir. 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus