Accord sur une réglementation stricte des exportations d'OGM

Partager

A Kuala Lumpur, plus d'une centaine de pays vient de se mettre d'accord sur une réglementation stricte des exportations d'OGM. Un comité chargé de surveiller le respect de l'accord a été mis en place. Parallèlement, un groupe de travail doit élaborer d'ici à 2008 des règles sur les plaintes et dédommagements liés aux transports internationaux d'OGM.
Le nouveau système impose de nombreuses règles quant à l'identification et l'étiquetage de ces organismes génétiquement modifiés. La première : les exportations devront mentionner qu'elles dont destinées à une zone délimitée, fournir un contact en cas d'urgence, identifier la nature de la catégorie de risque... La deuxième : les noms communs, scientifiques et commerciaux de l'organisme devront être précisés tout comme les coordonnées des intermédiaires. Enfin, les récoltes d'OGM destinées à la consommation humaine devront être étiquetées « pouvant contenir des organismes vivants modifiés ».
Cette avancée fait échouer les pressions des Etats-Unis, qui n'avaient pas ratifié le protocole de Carthagène en 2000. Ce dernier, applicable depuis septembre 2003, autorise un Etat à interdire l'importation d'OGM sous le principe de précaution.
Virginie Guérin

0 Commentaire

Accord sur une réglementation stricte des exportations d'OGM

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS