Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Total se lance avec Petrobras dans l'aventure très risquée des énergies renouvelables au Brésil

Aurélie Barbaux , , ,

Publié le , mis à jour le 11/07/2018 À 09H39

Un accord entre Petrobras, Total et sa filiale Total Eren pour conquérir les énergies renouvelables au Brésil pourrait déboucher sur une coentreprise. 

Total se lance avec Petrobras dans l'aventure très risquée des énergies renouvelables au Brésil
Petrobras et Total devront affronter le leader des renouvelables au Brésil, CPFL (ci dessus un de ses parc au Nord Est), racheté il y a deux ans par les Chinois.
© Aurélie Barbaux

Signe de prudence de Total ? C’est Petrobras qui a signé le communiqué annonçant la signature le 10 juillet avec les sociétés françaises Total et Total Eren d’un protocole d'accord pour analyser le développement conjoint des activités dans les secteurs de l'énergie solaire et éolienne onshore au Brésil.

Il entre dans le cadre du partenariat stratégique signé entre les deux pétroliers français et brésilien le 28 février dernier. Grand Pays du renouvelable (82% du mix électrique) grâce à l’hydroélectricité (64,8 % ) et la biomasse (8,8%), le Brésil veut en effet faire monter la part des nouvelles énergies renouvelables. Un plan 2016-2026 vise à installation de plus de 35 GW de nouvelles capacités de production d’électricité renouvelable hors hydroélectrique. Et principalement dans le solaire, l’éolien terrestre étant déjà beaucoup développé (7,5% du mix électrique), notamment dans le nord-est du pays.

Un marché ultra concurrentiel

Mais conquérir ce marché n’a rien d’évident. Les nouveaux amis, Total et Petrobras, semblent en être bien conscient. Dans leur communiqué, ils précisent que "les principaux avantages du développement d'un partenariat de ce type sont la dilution des risques liés aux activités liées aux énergies renouvelables au Brésil et les économies d'échelle et synergies potentielles". Basé sur des enchères au mieux disant pour les nouveaux appels d’offres, les prix de vente du MWH ne cessent de chuter. Et financer les projets n’a rien d'une partie de campagne.

Le protocole d’accord n’est d’ailleurs contraignant ni pour l’un ni pour l’autre. Mais Nelson Silva, le directeur de la stratégie de Petrobras, a déclaré que cet accord pourrait déboucher sur la création d'une coentreprise dans les énergies renouvelables et que les deux compagnies pourraient répondre conjointement à des appels d'offres.

 

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

13/07/2018 - 13h58 -

Tout le monde semble avoir enfin compris ou vont se faire les investissements d'avenir ? Dommage qu'il ne soit pas encore question du stockage de masse qui rendrait moins risqué les investissements du fait qu'on pourrait à l'avance prédire les capacités de production tout en misant sur un prix plancher qui doit au moins couvrir le coût des infrastructures, de l'entretien, du personnel et des taxes !
Répondre au commentaire

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus