L'Usine Matières premières

Accord imminent pour Rio Tinto à Saint-Jean-de-Maurienne

Olivier James ,

Publié le

Après des mois de négociations tendues et de rebondissements, le dossier Saint-Jean-de-Maurienne s’achemine vers une issue favorable.  

Accord imminent pour Rio Tinto à Saint-Jean-de-Maurienne

Ce matin, il est arrivé les traits tirés à cette réunion du 12 juillet. Avec ses 22 Commissaires régionaux au Redressement productif, il dressait le bilan de leur action après un an d’exercice. Arnaud Montebourg ne cachait pas avoir passé une trop courte nuit. Le motif de cette activité nocturne harassante, ce sont les négociations menées à Bercy sur la reprise des sites de Saint-Jean-de-Maurienne (Savoie) et de Castelsarrasin (Tarn-et-Garonne). Aujourd’hui dans le giron du géant minier anglo-australien Rio Tinto, ils sont en passe de changer de main. Un soulagement pour le ministre et pour les quelque 500 salariés concernés.

L’allemand Trimet deviendrait l’actionnaire majoritaire (à 60%). Rio Tinto verserait au repreneur un peu moins de 100 millions d’euros. Les modalités de ce paiement ont fait traîner les négociations. Le groupe minier ne souhaite plus poursuivre sa production d’aluminium sur ses sites, qui appartenaient historiquement à Pechiney, depuis qu’EDF a annoncé un réajustement de ses prix de vente d’électricité dès le printemps 2014. A cette date, le contrat très avantageux prendra fin.

Une réussite industrielle et politique

L’autre repreneur des sites n’est autre que le producteur d’électricité EDF. Il pourrait prendre 35% du capital et fournir en échange de l’électricité à un tarif préférentiel. Si le prix de l’énergie est si important dans cette reprise, c’est que la production d’aluminium met en œuvre l’un des procédés industriels les plus énergivores : l’électrolyse. Dernier acteur attendu, la Banque publique d’investissement (bpifrance) pourrait entrer à hauteur de 5%.

L’issue favorable qui se dessine serait une bonne nouvelle pour les 510 salariés, mais aussi pour les quelque 2000 emplois directs drainés par cette activité historique de production d’aluminium. Elle fait vivre de nombreuses entreprises dans cette vallée savoyarde. La réussite serait aussi politique, tant Arnaud Montebourg a tenu à s’associer dans ce dossier emblématique, mettant en jeu l’un des anciens fleurons industriels français, le groupe Pechiney. Le ministre ou le Premier ministre pourraient très vite annoncer les modalités définitives de cette reprise.

Olivier James

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte