Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Accord conclu pour la reprise d’UPM-Stracel, 100 millions d’euros d’investissements

, , , ,

Publié le

L’usine de papier magazine de Strasbourg va être transformée par Blue Paper en site de production de carton ondulé léger.

Accord conclu pour la reprise d’UPM-Stracel, 100 millions d’euros d’investissements
Site d'UPM France à Strasbourg
© Blue Paper

UPM France et Blue Paper, une coentreprise créée par l’Allemand Klingele et le Belge VPK Packaging, ont annoncé lundi 6 mai être parvenus au "closing" de la transaction annoncée depuis plusieurs mois au sujet de l’ex-papeterie UPM Stracel de Strasbourg (Bas-Rhin).

Fermée début 2013, l’usine produisait du papier magazine et employait 250 personnes. Blue Paper prévoit de recruter 130 personnes, prioritairement choisies parmi ces ex-salariés, et d’investir sur place 100 millions d’euros.

Ce montant comporte "l’acquisition des actifs, la transformation de la machine, des travaux pour le traitement des eaux et la logistique…", énumère Pierre Macharis, PDG de VPK Packaging. "Je ne donnerai pas de détails plus précis, cela nous mènerait trop loin", poursuit-il.

Le principal chantier est la transformation de la machine. "Après la reconversion par Blue Paper, la machine à papier produira initialement 277 000 tonnes/an de papier léger cannelure et testliner. La machine à papier reconvertie commencera à produire ces papiers ondulés dans le quatrième trimestre de 2013", précise Blue Paper dans un communiqué de presse.

"Nous allons acheter 300 000 tonnes de papier recyclé par an et l’achalandage se fera dans un rayon de 500 kilomètres, donc sur une grande partie de l’Est de la France et sur le Sud de l’Allemagne", précise Pierre Macharis. A terme, l’objectif est d’atteindre une production annuelle de 400 000 tonnes, "ce qui nécessiterait d’autres embauches", ajoute le PDG de VPK Packaging.

Klingele et VPK affichent pour l’heure "une production combinée de produits d’emballages de plus d’un million tonnes par an et une production de papier de 600 000 tonnes par an". Les deux partenaires ont saisi l’occasion d’accroître leurs capacités lors de la mise en vente de la papeterie par le groupe finlandais UPM Kymmene, qui invoquait une situation de surcapacité. "On a là un emplacement parfait, au cœur de l’Europe, avec un site et un personnel de pointe. C’est une combinaison idéale", justifie Pierre Macharis.

Thomas Calinon

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle