International

Accord commercial Maroc - Union européenne : les images et le discours de la visite de l’européen Barroso à Rabat

, ,

Publié le

Le président de la Commission européenne José-Manuel Barroso s’est rendu à Rabat les 1er et 2 mars pour parler coopération économique et développement avec le premier ministre marocain Abdelilah Benkirane. Lors de sa visite, le leader européen a aussi brièvement rencontré le roi Mohammed VI. Le sujet essentiel de ce passage au Maroc était le lancement des négociations d’un nouvel " Accord de Libre Échange Complet et Approfondi " entre l’Union européenne et le Maroc. Retour en image sur cette visite avec la vidéo réalisée pour l’occasion par la Commission européenne, celle de la conférence de presse commune de José Manuel Barroso et Abdelilah Benkirane ainsi que le texte du discours de José-Manuel Barroso. A lire aussi : l'évocation de ce sujet lors du point presse du Quai d'Orsay à Paris le lundi 4 mars.

Accord commercial Maroc - Union européenne : les images et le discours de la visite de l’européen Barroso à Rabat © Commission européenne

1/ La visite de José-Manuel Barroso au Maroc (images de la Commission européenne)

 

2/ La conférence de presse commune de José-Manuel Barroso et d'Abdelilah Benkirane à Rabat

 

3/ Le texte de l’intervention de José Manuel Barroso Président de la Commission européenne à Rabat suite à sa rencontre avec Abdelilah Benkirane, Chef du gouvernement du Maroc, le 1er mars 2013.

 

"Je souhaiterais, tout d’abord, vous dire combien je suis heureux d’être aujourd’hui au Maroc, un pays partenaire privilégié de l'Union européenne.

J’ai eu une très bonne réunion de travail avec le Chef du gouvernement, M. Abdelilah Benkirane,  au cours de laquelle nous venons de faire un bilan très positif de nos relations. Le Maroc est un pays phare dans la région en plusieurs domaines et qui a su commencer il y a déjà plusieurs années un processus de réformes politiques, économiques et sociales. Elles se poursuivent sur la base de la Constitution récemment modifiée et conformément aux aspirations du peuple marocain.

Je voudrais saluer vivement les autorités et le peuple marocain pour cette voie réformiste qui doit être approfondie et complétée. De nos jours, aussi bien dans votre région qu'en Europe, la légitimité politique doit être conquise et méritée. Et c'est justement à travers ce processus de réformes que le lien entre peuple et Etat se renoue et se renforce.

Ces avancées démocratiques sont aussi une des raisons qui expliquent nos excellentes relations bilatérales et le Statut avancé dont le Maroc jouit. Nos relations sont ancrées dans une coopération renforcée en matière de politique et de sécurité, dans un volet économique important et dans une intense coopération sectorielle qui va de la pêche jusqu'à l'agriculture et qui ont un impact direct dans la vie de nos citoyens. Tous ces domaines sont compris dans le Plan d'Action 2013-2017 que nous avons récemment approuvé et que sera désormais le cadre opérationnel de nos relations.

Ce véritable partenariat ouvre de nouvelles possibilités pour le Maroc et pour l'Union européenne. Alors que nous vivons une période d´énormes défis économiques et  politiques,  c'est le moment de renforcer notre coopération et de contribuer de manière significative à la croissance économique, à la création d’emplois et à la stabilité sociale.

C'est dans cet esprit qu'aujourd'hui nous inaugurons une nouvelle étape dans nos relations. Nous avons pris une série de nouveaux engagements très positifs que j'ai le plaisir d'annoncer:

D'abord, le  lancement des négociations d’un nouvel Accord de Libre Echange Complet et Approfondi.

L'UE est déjà le plus important partenaire commercial du Maroc et son premier investisseur étranger. Afin d'atteindre un potentiel plus vaste et une intégration plus poussée, nous voulons aller plus loin, vers un Accord exigeant qui assure une plus grande intégration de l'économie marocaine dans le marché unique européen.

Le Maroc est le premier partenaire de la région Méditerranéenne avec lequel l'UE lance une telle négociation pour  un Accord de Libre Echange Complet et Approfondi. Et je m'en réjouis.

L'Accord approfondira nos relations économiques dans l'intérêt de nos citoyens, nos entreprises, nos sociétés. Nous serons tous des bénéficiaires directs de ce nouveau cadre plus dynamique et plus concurrentiel. Il donnera un meilleur accès au marché de part et d'autre, et améliorera l'environnement des affaires, afin qu'il devienne plus prévisible et plus stable.

Ensemble, nous jetons ainsi les bases vers un futur espace économique commun entre l’UE et le Maroc, et je me félicite de voir notre partenariat se renforcer de manière aussi importante.

Les relations entre l’UE et le Maroc viennent aussi de prendre un nouveau tournant grâce à l'accord politique sur le partenariat pour la mobilité, afin de garantir une bonne gestion de la circulation des personnes entre nos frontières. Aujourd'hui, nous lançons la négociation d’un accord pour faciliter les procédures d’octroi des visas pour certaines catégories de personnes, notamment les étudiants, les chercheurs et les hommes et femmes d’affaires.

À long terme, on ne peut que soutenir une évolution vers une pleine mobilité des citoyens marocains sans visa, en tenant compte des relations globales entre l’UE et le Maroc et pour autant que les conditions d'une mobilité sûre et bien gérée soient réunies.

Dans notre voisinage immédiat, le Maroc est aussi le premier bénéficiaire de la coopération technique et financière de l’UE. Dans la période 2011-2013, le Maroc bénéficiera de 660 millions d'euros en assistance pour appuyer son développement économique, social et institutionnel, notamment pour renforcer l'Etat de droit.

Cette coopération a également franchi une nouvelle étape aujourd'hui : nous avons signé le mémorandum financier du programme d'appui à l'Initiative Nationale de Développement Humain. Ce programme a eu un impact incontestable dans les zones les plus défavorisées et a contribué au renforcement de la gouvernance locale.

Pour cette deuxième phase, entre 2013-2015, nous prévoyons un budget de 25 millions d'euros pour renforcer la lutte contre la pauvreté dans 885 communes rurales.

Il est dans notre intérêt mutuel que notre partenariat renforcé soit couronné de succès - non seulement pour le bénéfice de nos relations bilatérales mais aussi pour la contribution qu'il pourra apporter à la stabilité, la sécurité et la prospérité de la région.

Vous savez que l'Union attache une importance grandissante à la réussite de la coopération maghrébine, notamment pour faire face aux défis de l'instabilité au Sahel. Et le Maroc sait pouvoir compter sur le soutien continu de l'Union Européenne.

Je vous remercie."

 

4/ La position française suite au point presse du Quai d'Orsay à Paris où le sujet a été abordé le 4 mars 2013

(Q&R- Extrait du point de presse du Ministère des affaires étrangères - 4 mars 2013)


Question : Le Maroc et l’Union européenne (UE) ont lancé vendredi les négociations pour un Accord de libre échange complet et approfondi (Aleca) à l’occasion de la visite à Rabat du président de la Commission européenne, José Manuel Barroso. La négociation d’un accord pour faciliter les procédures d’octroi des visas pour certaines catégories de personnes, en particulier les étudiants, les chercheurs et les hommes et femmes d’affaires a été également discuté. Comment la France accueille-t-elle le lancement de ces négociations ?

Réponse (porte parole Quai d'Orsay): (…) nous sommes satisfaits de l’annonce du lancement des négociations d’un accord de libre-échange complet et approfondi.

Le Maroc, dont les liens avec l’Union européenne sont solides et anciens, est le premier pays du Sud de la Méditerranée à s’engager dans de telles négociations. Au-delà de l’importance de ses échanges commerciaux avec l’Union européenne, supérieurs à 24 milliards d’euros en 2011, le lancement de ces négociations s’inscrit dans une relation de confiance qui a été confirmée ces dernières années (accord d’association de 1996, reconnaissance en 2008 d’un statut avancé).

La proposition faite par l’Union européenne en 2011 de lancer les négociations de tels accords de libre-échange avec plusieurs pays du voisinage Sud de la Méditerranée fait partie intégrante de la politique européenne de voisinage, en cohérence avec le Partenariat de Deauville. Ces accords constituent des instruments efficaces pour la sécurisation des investissements et le développement des échanges commerciaux. Ils permettront de stimuler la croissance économique et la compétitivité en Méditerranée.

S’agissant de votre deuxième question, la France soutient la mise en place d’un partenariat pour la mobilité avec le Maroc. Nous sommes en effet convaincus qu’il permettra à l’Union européenne et au Maroc de disposer d’un cadre opérationnel pour aborder les problématiques de mobilité et les questions migratoires. Notre objectif doit être de parvenir à un accord équilibré, intégrant à la fois des facilitations de visas pour certaines catégories de personnes et des procédures de réadmission efficaces.

 

 

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte