Accord au Comité de Bâle sur la stratégie du "matelas"

par Huw Jones

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Accord au Comité de Bâle sur la stratégie du "matelas"

LONDRES (Reuters) - Le Comité de Bâle a publié vendredi un projet de réglementation qui vise à obliger les banques à renforcer leurs fonds propres en période faste, sans pour autant donner d'indication sur le niveau de capital qui sera exigé.

Le comité ajoute être a priori en mesure de présenter un dispositif complet de mesures concernant les fonds propres et la liquidité, à temps pour le sommet du G20 de Séoul en novembre.

Il sera demandé aux banques de constituer un "matelas" de réserves lorsque, de l'avis des autorités nationales, la croissance du crédit sera jugée excessive en parallèle à une montée du risque systémique, explique le comité dans un communiqué.

"Cela permettra de faire en sorte que le système bancaire dispose d'un matelas de capital adéquat pour se protéger de pertes potentielles à l'avenir", déclare le comité dans un communiqué.

Le plan sera finalisé d'ici la fin de l'année et sera intégré au train de mesures dites de Bâle III au lieu d'être mis en oeuvre de manière autonome. Les banques espéraient obtenir un report sur le projet contra-cyclique.

Le matelas sera en temps normal fixé à zéro, mais si une bulle de crédit se forme, les banques devront constituer des réserves au cas où la bulle viendrait à éclater et gêner le secteur.

L'annonce de vendredi laisse cependant les marchés sur leur faim car ils s'attendaient à avoir au moins quelques bribes d'informations sur les niveaux de capitaux propres qui pourraient être exigés des banques.

Les banques auront une année pour relever leurs ratios aux niveaux requis avant de se voir imposer des restrictions sur les dividendes ou toute autre distribution des bénéfices.

Le Comité de Bâle, constitué de banquiers centraux et de superviseurs du G20 et d'autres pays, a passé les journées de mercredi et jeudi à réunir les éléments d'une réforme censée éviter que les banques soient à nouveaux soutenues par le contribuable si une crise financière semblable à celle de 2007-2009 survenait.

Les banques ont déjà obtenu quelques compromis, notamment celui de voir le futur accord Bâle III mis en oeuvre progressivement et sur plusieurs années plutôt que d'ici la fin 2012 comme cela était prévu initialement.

En l'échange de cette concession, le Comité n'entend pas accepter les revendications de la part des banques ou de certains pays visant à vider de leur substance certaines dispositions jugées très importantes.

Wilfrid Exbrayat et Nicolas Delame pour le service français, édité par Danielle Rouquié

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS