Accident ferroviaire en Chine : est-ce possible en France?

En Chine, un accident a causé 39 morts le week-end dernier, suite au rattrapage d'un train par un autre. Dans l'hexagone, un système baptisé KVB lance un freinage d'urgence si deux trains deviennent trop proches.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Accident ferroviaire en Chine : est-ce possible en France?

Un énorme accident ferroviaire a causé au moins 39 morts le week-end dernier en Chine. Un train a été touché par la foudre, ce qui a provoqué une panne électrique et l'arrêt de la rame sur un viaduc. Un deuxième train l'a percuté par l'arrière à 118 km/h. Un tel accident serait-il possible en France? C'est peu probable pour Bruno Cozzi, responsable de la division transport ferroviaire au Bureau d'enquête sur les Accidents de transport terrestre (BEA-TT). "On a bien connu des "rattrapages" en France. Mais c'était avant l'installation du système KVB."

Le système KVB, ou système de contrôle de vitesse par balises, est un équipement de sécurité installé sur tous les trains circulant sur le réseau ferré français. Mis en place au début des années 90, le système KVB permet de maîtriser la vitesse des trains en temps réel, et d'enclencher automatiquement un freinage d'urgence en cas de "rattrapage" par exemple.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Le fonctionnement de base qui est sensé empécher le rattrapage d'un train par un autre est celui du cantonnement. Ce principe datant du 19e siècle est considéré comme généralisé à travers le monde. Toute voie ferrée est divisée en zones (baptisées cantons ou blocks). Un seul train peut circuler dans une de ces zones à un instant T. Un système de signaux plus ou moins perfectionné permet de faire passer l'information, ce qui assure le maintien de l'espacement des trains.

Mais les signaux de cantonnement peuvent connaître une défaillance, les conducteurs peuvent ne pas voir les signaux. Le système KVB prend alors le relais, en lançant le freinage d'urgence sans intervention humaine. "Dans ce genre d'affaires, neuf fois sur dix on a affaire à une erreur humaine", précise Bruno Cozzi. Le système KVB a donc permis d'éviter tout "rattrapage d'un train par un autre depuis près de vingt ans. Aucun système n'est infaillible, mais celui-ci n'a encore jamais connu d'échec.



Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS