Accident du TGV : les magistrats plus prudents que la SNCF

Les magistrats en charge des enquêtes judiciaires et administratives ne veulent pas accabler les cheminots tant que les investigations sur les éléments mécaniques n’ont pas été réalisés.

 
Partager


La rame TGV lors d'un essai le 26 octobre 2015- crédits CC Twitter @MarcMathey

Les autorités judiciaires ont indiqué jeudi au cours d’une conférence de presse à Strasbourg que la rame d’essai du TGV-Est, accidentée samedi 14 novembre à quinze kilomètres de Strasbourg, circulait à 243 km/h au moment de son déraillement, et non 176 comme prévu par le protocole de l’essai.

Selon le procureur adjoint du Parquet de Strasbourg, le conducteur avait annoncé ne pas avoir dépassé la vitesse prévue lors de ses déclarations consécutives à l’accident.

Le bureau des accidents collectifs du Parquet de Paris a repris l’enquête, pour établir avec précision les raisons de cette "vitesse inadaptée", clairement mise en cause pour expliquer le déraillement.

Les magistrats en charge des enquêtes judiciaires et administratives sont toutefois restés prudents quant aux responsabilités humaines éventuelles, se bornant à se référer aux investigations restant à opérer sur l’ensemble des éléments mécaniques, notamment les freins.

Report de la mise en service
Parmi les mesures annoncées par la direction de la SNCF, la suspension totale des essais en attendant les conclusions de l’enquête et ensuite, l’interdiction de la présence à bord de personnes non liées aux essais pour toutes les lignes nouvelles.

La rame accidentée transportait notamment 4 mineurs, qui n’ont été que légèrement atteints. Le report de la mise en service du tronçon de 108 kilomètres de la LGV entre Baudrecourt (Moselle) et Vendenheim (Bas-Rhin) reste probable.

"Les infrastructures avaient été touchées par l’accident. Il faut en vérifier la totalité et des travaux seront indispensables, précisait Jacques Rapoport, le PDG de SNCF Réseau, jeudi 19 novembre au siège de Saint –Denis (Seine-Saint-Denis). Je ne connais pas l’impact sur la durée. Il est raisonnable d’envisager un report de la mise en service" du dernier tronçon de la LGV Paris-Strasbourg.
La rame transportait 53 personnes. L’accident a causé la mort de 11 personnes et 16 passagers sont encore hospitalisés.
Didier Bonnet

0 Commentaire

Accident du TGV : les magistrats plus prudents que la SNCF

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS