Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

[Accident de Brétigny] Une note interne accable la SNCF sur le déficit de maintenance

Olivier Cognasse

Publié le

Vu sur le web Le Parisien a publié mardi 2 avril 2019 des nouvelles informations exclusives sur l’accident de Brétigny-sur-Orge ( Essonne) . Une note interne accable la SNCF et le ministère de l'Économie sur le déficit des effectifs de maintenance.

[Accident de Brétigny] Une note interne accable la SNCF sur le déficit de maintenance
L'accident de Brétigny-sur-Orge, le 12 juillet 2013, avait causé la mort de 7 personnes.
© Poudou99@free.fr / CC BY-SA 3.0

Un e-mail publié par Le Parisien ne va pas arranger les affaires de la SNCF sur sa responsabilité dans l’accident de Brétigny-sur-Orge (Essonne).

Il est daté du 14 avril 2013, trois mois avant l’accident du 12 juillet 2013 qui avait coûté la vie à 7 personnes. Son auteur, Ronan Leclerc, le directeur de l’infrastructure de l’Île-de-France, écrit à son collègue Rémi Peltier, directeur financier, pour réclamer à Pierre Izard, le directeur des infrastructures à la SNCF, l’embauche et la formation de personnels pour combler un déficit d’au moins 200 personnes sur Paris Rive Gauche (PRG), l’établissement dont dépend la zone de Brétigny-sur-Orge.

“Un plan de recrutement complémentaire dès cette année sur PRG serait très utile pour disposer de plus d’agents formés en 2014 sur PRG et pour limiter la casse sur cette région”, peut-on lire dans le message.

Un déficit de 2000 agents

Toujours d’après le quotidien francilien, entre 2012 et 2013, les alertes se sont multipliées : "Dès le 20 septembre 2012, la direction régionale francilienne de la SNCF exhortait d’ailleurs à 'passer en mode gestion de crise' sur ce point."

D’autres documents internes cités par Le Parisien mettent en cause les directives de Bercy : "Tout le monde savait, puisque c’était la conséquence des directives de Bercy, mais personne ne voulait voir, accuse ce cadre de l’entreprise au fait de la situation de l’époque. Chaque année, nous perdions 3% des effectifs de maintenance." D’après ces informations, il manquait 2000 postes sur l’ensemble du territoire, dont 1000 en Île-de-France. 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle