Accélérer la production des tuiles solaires, le prochain défi de Tesla

Il n'y a pas que les voitures électriques dans le catalogue Tesla. Le constructeur automobile américain met aussi en avant ses produits dans l'énergie. Le 12 juin, Elon Musk a annoncé le lancement imminent d'une nouvelle version de ses tuiles solaires. Une technologie ambitieuse mais encore onéreuse.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Accélérer la production des tuiles solaires, le prochain défi de Tesla
Elon Musk avait annoncé que l’année 2019 serait celle de la montée en puissance de la production des tuiles solaires.

Tesla a de nombreux chantiers devant lui. La production en masse de ses tuiles solaires n’est pas la moindre. À côté de ses voitures électriques, l’activité énergie de l’entreprise américaine est davantage méconnue. Le 11 juin, lors de l’assemblée générale annuelle des actionnaires, Elon Musk a révélé que la troisième version de cette technologie serait bientôt prête.

“Un défi technologique difficile”

“Nous sommes proches de terminer la version 3 du ‘solar roof’. En réalité, c’est un défi technologique difficile que d’avoir une cellule photovoltaïque intégrée à une tuile, faire que cela soit beau et dure pour 30 ans”, a déclaré le directeur général de Tesla devant ses investisseurs. En octobre 2018, Elon Musk avait annoncé que l’année 2019 serait celle de la montée en puissance de la production des tuiles solaires.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Mais l’entreprise américaine devra résoudre un problème de taille : réduire le prix des tuiles solaires. À son habitude, Elon Musk a promis de grandes choses aux actionnaires. Selon lui, Tesla pourrait pourrait commercialiser un toit solaire aussi cher voire moins coûteux qu’un toit avec des tuiles normales.

Outre leur solidité et leur design discret, les tuiles solaires auraient ainsi un avantage économique considérable par rapport aux toits traditionnels puisqu’elles permettent d’avoir une maison autonome en électricité et d’éviter les factures d’énergie douloureuses. Tesla pourrait ainsi argumenter que les toits se remboursent tout seul au fil des années malgré un investissement de départ important.

Des prix encore prohibitifs ?

Les derniers prix révélés par les médias américains sont encore loin de ces ambitions. Electrek a détaillé le 14 juin une facture de plus de 85 000 dollars pour un toit solaire de 567 mètres carrés, les réparations du toit et un Powerwall (la batterie Tesla recommandée par l’entreprise aux clients des tuiles solaires). Sans compter les réparations et la batterie, cette prestation revient à 35 dollars pour 30 centimètres carrés de toit quand un toit en bardeaux peut coûter 4 dollars pour 30 centimètres ou 20 dollars pour 30 centimètres dans le cas d’un toit en tuiles normales. Au départ, Tesla visait des toits à 21,85 dollars les 30 centimètres carrés.

Dans ce cas précis cité par Electrek, la durée de garantie des cellules photovoltaïques (30 ans) ne suffit pas à rentabiliser l’investissement : en considérant les réductions d’impôts et les factures d’énergie, le prix du toit descend à plus de 4 000 dollars.

À ces prix élevés s’ajoutent des difficultés logistiques et de communication. L'entreprise communique peu sur les améliorations apportées à sa technologie. Et le déploiement du solar roof V3 est toujours limité à certains clients ou employés de Tesla aux États-Unis. L’installation du “solar roof” de Tesla demande deux semaines quand celle d’un toit normal se fait en cinq ou sept jours.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS