Economie

Absentéisme : l’industrie bonne élève

Publié le

Le chiffre est éloquent. En moyenne, chaque salarié français a été absent 17,8 jours en 2008. La crise a amplifié le phénomène, qui connaît malgré tout des évolutions contrastées d’un secteur à l’autre.

Absentéisme : l’industrie bonne élève © DR

Pour la deuxième année consécutive, Alma Consulting Group publie un baromètre sur l’absentéisme au sein des entreprises françaises. En un an, le phénomène a nettement augmenté : de 3,69 % en 2007, il est passé à 4,85 % à la fin de 2008. Cela représente en moyenne 17,8 jours d’absence par salarié en moyenne.

Toutefois de fortes disparités existent d’un secteur à l’autre et selon les régions. Le secteur de la santé est celui où le taux d’absentéisme atteint 5,16 %. Dans le secteur des services, le même taux est de 5,08 %. A l’inverse, l’industrie (4,01 %) et le commerce (3,47 %) font figure de bons élèves. L’absentéisme est particulièrement élevé dans le Sud Est (5,29 %) dans le Grand ouest (5,13 %) ou l’Ile-de-France (5.18%) qu’en Rhône Alpes (4,17 %), dans le Grand Est (4,63 %) ou le Nord (4,68 %).

Enfin, la taille de l’entreprise a un effet sur l’importance de l’absentéisme. Il est plus répandu dans les petites entreprises de moins de 250 salariés (5,03%) et les très grandes de plus de 1000 collaborateurs (4,96 %). « Les organisations de plus de 1000 collaborateurs sont généralement multi-sites. Cette configuration peut être génératrice de freins pour la réussite d’un projet de réduction de l’absentéisme si celui-ci n’est pas porté et relayé au sein des différents établissements », analyse Yannick Jarlaud, directeur du département absentéisme d’Alma Consulting Group.
 
Surveiller et punir n’est pas efficace

Pour les DRH des entreprises concernées, les causes de l’absentéisme sont à chercher du côté d’un manque d’engagement des salariés dans leur travail. En effet, plus de 6 absences sur 10 sont dues à la démotivation des collaborateurs de l’entreprise. Pourtant, le motif avancé dans près de 90 % des cas est lié à la maladie. L’absentéisme pour cause de maladie est même en hausse de 39 %.
Pourtant, le meilleur moyen de lutter contre l’absentéisme ne repose pas sur la mise en place de contre visites médicales. C’est même selon les drh interrogées la mesure la moins efficace. A contrario, la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles, l’amélioration des conditions de travail ou l’aménagement du travail sont les trois mesures qui ont produit les meilleurs résultats, toujours selon eux. Autrement dit, un salarié bien dans son environnement de travail sera moins souvent absent. C’est ce qu’on doit appeler du gagnant-gagnant.

Christophe Bys

Lire aussi l’interview du sociologue denis Monneuse, qui s’intéresse à l’absentéisme et lui a consacré un livre.
 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte