Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

ABRF Industries réclame des commandes publiques pour survivre

, , ,

Publié le

Le fabricant de wagons de fret refuse une offre de rachat émanant du russe Uralvagonzavod et estime que la concurrence des ateliers de la SNCF compromet son avenir.

ABRF Industries réclame des commandes publiques pour survivre © ABRF Industries

ABRF Industries pourrait disparaître "dans l'année" si rien n'est fait pour sa survie, estime Jean-Luc Rémondeau, le principal actionnaire de cette société de Châteaubriant (Loire-Atlantique) spécialisée dans la fabrication et la maintenance de wagons de fret, principalement des porte-autos.

Selon Force Ouvrière, l'entreprise, qui emploie 145 salariés permanents et 80 intérimaires, manque de commandes et de visibilité au-delà du mois d'octobre. Au sort incertain d'ABRF Industries, affichant 30 millions d'euros de chiffre d'affaires, est lié celui de sa société sœur, SDHF, spécialisée dans la maintenance des wagons avec 120 salariés à Saint-Denis-de-l'Hôtels (Loiret), pour un chiffre d'affaires de 10 millions d'euros.

L'entreprise, suivie depuis deux ans, par le Comité interministériel de restructuration industrielle (Ciri), vient de faire l'objet d'une offre de reprise émanant du groupe d'état russe Uralvagonzavod (UVZ). "Mais il n'est pas question de vendre ABRF pour un euro symbolique, ce serait une spoliation et la perte d'un savoir-faire français", estime Jean-Luc Rémondeau, estimant que la principale difficulté de l'entreprise vient de la concurrence des ateliers dépendants de la SNCF, gestionnaire de l'essentiel du parc de wagons de fret en France.

Le dirigeant demande une restructuration du secteur et la création, avec l'appui du Fonds de modernisation des entreprises ferroviaires (FMEF), d'une entreprise de taille intermédiaire, unissant les capacités industrielles françaises dans le secteur dont celles d'ABRF Industries et de Lohr.

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle