ABN Amro quitte le financement des matières premières, cap sur le nord-ouest de l'Europe

AMSTERDAM (Reuters) - Le groupe bancaire ABN Amro a annoncé mercredi qu'il allait mettre un terme à toutes ses opérations de financement des matières premières, afin de réduire son profil de risque et pour concentrer ses activités sur le nord-ouest de l'Europe.
Partager
ABN Amro quitte le financement des matières premières, cap sur le nord-ouest de l'Europe
Le groupe bancaire ABN Amro a annoncé mercredi qu'il allait mettre un terme à toutes ses opérations de financement des matières premières, afin de réduire son profil de risque et pour concentrer ses activités sur le nord-ouest de l'Europe. /Photo d'archives/REUTERS/Koen van Weel

Exception faite des activités de compensation, la banque néerlandaise va donc quitter les États-Unis, l'Asie, l'Australie et le Brésil, un virage stratégique qui concerne environ 45% de ses prêts à la clientèle d'entreprise, d'une valeur de 18 milliards d'euros.

"Nous servirons nos clients sur les segments où nous sommes capables de réaliser des économies d'échelle et nous allons donc nous concentrer sur les Pays-Bas et le nord-ouest de l'Europe", a déclaré le directeur général du groupe, Robert Swaak.

Quelques minutes après l'ouverture de la Bourse d'Amsterdam, l'action ABN Amro gagnait 3,26%.

Plusieurs autres banques européennes sont en train de repenser leurs opérations de financement. Natixis a ainsi choisi de fusionner ses activités de crédit dans les secteurs des matières premières et des infrastructures tandis que BNP Paribas, frappée par de lourdes pertes dans le secteur de l'énergie, a préféré se tourner vers des initiatives de financement plus respectueuses de l'environnement.

Au deuxième trimestre, ABN Amro a affiché une perte nette de cinq millions d'euros, due à d'importantes charges de dépréciation liées à l'effondrement des cours du pétrole.

Les analystes tablaient quant à eux sur une perte de 46 millions d'euros en moyenne, après que la banque néerlandaise a enregistré un bénéfice de 693 millions d'euros un an plus tôt.

Environ 800 employés devraient perdre leur emploi suivant la cessation de ces activités au cours des trois à quatre prochaines années, a précisé la société néerlandaise.

(Bart Meijer; version française Juliette Portala, édité par Henri-Pierre André et)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Nouveau

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

94 - Champigny-sur-Marne

Acquisition de matériels de nettoyage

DATE DE REPONSE 16/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS