Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Energie

"Abaisser les normes sanitaires n’est pas une demande d’industriel, c’est une demande de financier", assure Marine le Pen

Ludovic Dupin , , , ,

Publié le

Dans le cadre de sa campagne présidentielle, Marine Le Pen a mis en avant le développement durable comme élément clé d’une indépendance nationale. Les propositions de la candidate demandent encore à être expliquées et chiffrées.

Abaisser les normes sanitaires n’est pas une demande d’industriel, c’est une demande de financier, assure Marine le Pen

Jeudi 26 janvier, Marine Le Pen tenait une conférence de presse sur le thème de "La France Durable". Dans un discours d’une cinquantaine de minutes, elle a développé une idée maîtresse : "Toute politique d’indépendance nationale est une politique de France durable". Suite à quoi elle rappellera que lors du 35e congrès de Stratigraphie en septembre 2016, il a été établi que le monde est entré dans "l’ère de l’Anthropocène (l’âge de l’homme). Ce sont les activités humaines (…) qui définissent l’avenir de notre espèce. Nous produisons le monde qui nous entoure (…) Nous sommes plus puissants que la plupart des forces naturelles qui nous entourent".

La candidate à l’élection présidentielle veut clairement se démarquer des positions des climatosceptiques, dont on l'accuse parfois d'être proche, y compris dans la salle ce soir-là. La suite du discours fut cependant plus complexe, voire floue. La patronne du Front national sautera de sujets en sujets sans jamais s’attarder sur l’un d’eux : agriculture, sécurité alimentaire, contrefaçon de médicaments, énergie, biodiversité, les pollutions atmosphériques… Le tout lié au rétablissement des frontières, à l’anti-européanisme et à la réindustrialisation du pays. Malheureusement, ses dénonciations et propositions manquent de chiffres ou de données économiques. Trois grandes idées sont à extraire de son discours.

En matière d’énergie, elle appelle au développement des énergies renouvelables pour que les territoires gagnent en autonomie. "Le choix du nucléaire a été bénéfique pour la France, il sera conservé", assure également la candidate qui s’est prononcée en défaveur de la fermeture de la centrale de Fessenheim. Par ailleurs, elle souhaite "accélérer la transition énergétique en favorisant le développement de la pile à hydrogène, de la maîtrise de la fusion et du développement des bâtiments à énergies positives."

Miser sur l'économie de la mer

Elle veut appuyer la croissance bleue, c’est-à-dire la protection et l’économie de la mer, essentielles "dans un pays qui possède le deuxième, voire le premier, domaine maritime de la planète". Elle évoque ainsi pêle-mêle la culture des algues, les énergies marines, la chasse à la surpêche, les ressources minérales… "Le potentiel des nodules polymétalliques dépasse sans doute de beaucoup le potentiel de la pêche", lance-t-elle. Les nodules polymétalliques sont des amas rocheux au fond des océans riches en fer et en manganèse.

Un thème fort de son discours porte sur l’agroalimentaire et l’agriculture. Elle se dit en faveur de l’interdiction des OGM, jugeant que "l’absence de contamination ne peut pas être un luxe. Cela passera par un affichage précis et systématique". Elle veut aussi favoriser une agriculture biologique et locale, s’opposant aux multinationales telles que Bayer et Monsanto. "Je refuse que quiconque détienne la France par la faim". Pour elle, retrouver l’autosuffisance alimentaire serait un enjeu clé de son quinquennat.

De manière transversale à tous ces sujets, elle juge que "Il n’y aura pas de réindustrialisation sans une exigence de développement durable (…) Le renouveau de notre puissance industrielle passe par l’exigence environnementale". "Abaisser les normes sanitaires n’est pas une demande d’industriels, c’est une demande de financiers. Les industriels et les agriculteurs veulent des règles avec de la visibilité et qui les protègent des fraudeurs", explique la candidate.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle