AB InBev vise 5 milliards de dollars avec l'IPO de ses actifs asiatiques

par Julie Zhu et Julia Fioretti
Partager

HONG KONG (Reuters) - Anheuser-Busch InBev (AB InBev) a ajouté Citigroup et Bank of America Merrill Lynch (BAML) à la liste des banques mandatées en vue d'une introduction en Bourse (IPO) de ses activités dans la région Asie-Pacifique, a appris Reuters de trois sources directement informées du dossier.

Les deux banques rejoignent Morgan Stanley et JPMorgan, co-teneurs de livre, pour cette opération qui pourrait permettre au premier brasseur mondial de lever jusqu'à cinq milliards de dollars (4,4 milliards d'euros) lors de l'IPO prévue à la Bourse de Hong Kong, ont précisé les sources.

Le groupe belge, propriétaire des marques Budweiser, Corona et Stella Artois est lourdement endetté et veut coter ses activités en Asie-Pacifique pour réduire sa dette, selon les sources.

La région Asie-Pacifique, notamment la Chine et l'Australie, a représenté l'an dernier 18% du chiffre d'affaires d'InBev et 14% de son bénéfice opérationnel ajusté. Dans cette partie du monde, le résultat opérationnel courant du brasseur a crû de 13% à 3,1 milliards de dollars. On ignore pour le moment quelle part des activités du groupe dans la région est concernée par l'IPO.

Sollicités, AB InBev et BAML n'ont pas répondu dans l'immédiat à une demande de commentaire. Citi n'a pas souhaité s'exprimer.

PLUS GROSSE IPO DE L'ANNÉE À HONG KONG

La dette nette d'AB InBev s'élevait à 102,5 milliards de dollars fin de décembre, en raison notamment des 100 milliards de dollars déboursés par le groupe belge en 2016 pour acquérir SABMiller.

AB InBev souhaite ramener son ratio de dette nette à environ deux fois le bénéfice d'exploitation brut (Ebitda), contre 4,6 fin 2018.

Pour parvenir à cet objectif, le groupe basé à Louvain (Brabant flamand) a notamment réduit de moitié en octobre le dividende proposé après des ventes décevantes au troisième trimestre.

L'action AB InBev, en baisse de 24% sur les deux dernières années, est en retrait de celle de ses concurrents Heineken et Carlsberg, qui ont gagné respectivement sur la période 15% et 28%.

Une cession des actifs en Asie-Pacifique du groupe pour réduire sa dette ne serait pas inédite. Après le rachat d'Anheuser-Busch en 2008 par InBev, le groupe avait cédé sa brasserie sud-coréenne Oriental Brewery à la société de capital-investissement KKR avant de la racheter en 2014.

AB Inbev devrait déposer son dossier d'IPO à la Bourse de Hong Kong au premier semestre, selon les sources. L'une d'entre elles a précisé que ce dépôt devrait avoir lieu ce mois-ci ou début mai.

Cette IPO pourrait être la plus importante de l'année à Hong Kong, dans un contexte de ralentissement des introductions en Bourse.

Depuis le début de l'année, les entreprises ont levé 2,9 milliards de dollars via à leur IPO à la Bourse de Hong Kong, contre 6,4 milliards sur le Nasdaq, montrent des données de Refinitiv publiées vendredi.

L'an dernier, la Bourse de Hong Kong était en tête des levées de fonds en vue d'une nouvelle cotation, avec 36,3 milliards de dollars obtenus. Cette année devrait marquer une décélération en raison de la baisse du nombre d'entreprises chinoises, notamment dans les nouvelles technologies, désireuses d'entrer en Bourse.

(Avec Kane Wu à HONG KONG et Philip Blenkinsop à BRUXELLES; Claude Chendjou pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS