Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

AB InBev vend ses actifs australiens au japonais Asahi

Publié le

BRUXELLES (Reuters) - Anheuser-Busch InBev, premier brasseur mondial, a annoncé vendredi vendre sa division australienne Carlton & United Breweries au japonais Asahi et dit envisager de relancer la cotation de sa filiale asiatique, une semaine après y avoir renoncé.

AB InBev vend ses actifs australiens au japonais Asahi
Anheuser-Busch InBev, premier brasseur mondial, a annoncé vendredi vendre sa division australienne Carlton & United Breweries au japonais Asahi et dit envisager de relancer la cotation de sa filiale asiatique, une semaine après y avoir renoncé. /Photo d'archives/REUTERS/Yuya Shino
© Yuya Shino

L'essentiel du produit de cette vente, qui devrait être finalisée au premier semestre 2020, serait alloué à la réduction de la dette massive, liée au rachat de SabMiller en 2016.

Cette cession, pour une valeur d'entreprise de 16 milliards de dollars australiens (10 milliards d'euros), intervient une semaine après qu'AB Inbev a renoncé à l'introduction en Bourse de Hong Kong de ses actifs asiatiques, incluant ses activités en Australie, opération qui avait le même objectif.

AB InBev entendait lever jusqu'à 9,8 milliards de dollars au cours de cette IPO, annoncée comme la plus importante de l'année.

Le groupe a déclaré que "plusieurs facteurs, y compris les conditions de marché en vigueur", avaient bloqué son projet de faire entrer en Bourse 15% de Budweiser Brewing Company APAC.

AB InBev a déclaré croire toujours en la logique de coter une part minoritaire de Budweiser APAC, à l'exclusion de ses actifs australiens, à condition que l'IPO puisse être réalisée à "sa juste valeur".

La dette nette d'AB InBev s'élevait à 102,5 milliards de dollars à la fin de 2018 et le rapport dette nette/Ebitda était de 4,6. AB InBev s'est engagé à le ramener à moins de quatre d'ici 2020, avec un objectif de long terme de deux.

(Philip Blenkinsop; Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français, édité par Jean-Michel Bélot)

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle