AB Inbev mise sur la hausse des volumes de bière en 2019

par Philip Blenkinsop
Partager
AB Inbev mise sur la hausse des volumes de bière en 2019
Anheuser-Busch InBev a promis jeudi une croissance solide de ses ventes et de son bénéfice en 2019 avec un accent mis sur la hausse des volumes de ventes de bière et pas seulement sur la progression des prix. /Photo prise le 28 février 2018/REUTERS/François Lenoir

BRUXELLES (Reuters) - Anheuser-Busch InBev a promis jeudi une croissance solide de ses ventes et de son bénéfice en 2019 avec un accent mis sur la hausse des volumes de ventes de bière et pas seulement sur la progression des prix.

L'action AB InBev, qui a perdu 38% de sa valeur l'an dernier, prenait 4,83% à 10h55 GMT, meilleure performance de son indice sectoriel en Europe (+0,32%) et cinquième plus forte hausse de l'indice paneuropéen Stoxx 600 (-0,43%).

Le propriétaire des marques Budweiser, Corona et Stella Artois veut développer la consommation de bière en misant sur le haut de gamme dans les pays riches et des prix abordables sur les marchés émergents.

Le premier brasseur mondial n'a pas fourni d'objectif chiffré pour la croissance de son bénéfice cette année mais a déclaré que le revenu par hectolitre devrait augmenter plus rapidement que l'inflation. La hausse des coûts devrait pour sa part ralentir.

Le bénéfice d'exploitation (Ebitda) d'AB InBev a augmenté de 10,0% au quatrième trimestre, à 6,17 milliards de dollars (5,42 milliards d'euros), une progression supérieure à la hausse de 7% à périmètre constant attendue en moyenne par les analystes selon un consensus fourni par le groupe.

Heineken, deuxième brasseur mondial, a déclaré le 13 février anticiper une hausse de son bénéfice d'exploitation identique à celle de 2018 (+6,4%) après une progression de ses ventes dans toutes les régions.

POIDS DE LA DETTE

La croissance du bénéfice d'AB InBev doit rester soutenue pour couvrir les 100 milliards de dollars (87,7 milliards d'euros) déboursés en 2016 pour acquérir SABMiller. La dette nette du groupe s'est établie à 102,5 milliards dollars à la fin de l'année dernière.

Le groupe belge veut ramener son ratio de dette nette à moins de quatre fois l'Ebitda d'ici fin 2020, contre 4,6 en 2018 et 4,8 en 2017.

Conscient du poids de sa dette, le groupe a réduit de moitié en octobre le dividende proposé après des ventes décevantes au troisième trimestre.

AB InBev a déclaré jeudi que sur l'année écoulée, ses volumes, son chiffre d'affaires et sa part de marché avaient augmenté au Mexique, en Colombie, en Chine, en Europe occidentale et dans plusieurs pays africains. Aux Etats-Unis, le principal marché du groupe, sa part a reculé de 0,4 point de pourcentage mais il s'agit du repli le plus faible depuis 2012, a souligné AB InBev.

Au Brésil, deuxième marché d'AB Inbev, ainsi qu'en Argentine et en Afrique du Sud, les résultats ont cependant été inférieurs aux attentes. Le groupe dit avoir notamment souffert d'effets de change défavorables et d'une hausse des coûts de l'aluminium.

(Claude Chendjou pour le service français, édité par Bertrand Boucey)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS