Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Agro

AAIR LichensDES LICHENS POUR MESURER LA POLLUTIONLa PME nantaise propose une méthode de diagnostic biologique des pollutions atmosphériques à partir des lichens.

Publié le

Les entreprises citées

AAIR Lichens

DES LICHENS POUR MESURER LA POLLUTION

La PME nantaise propose une méthode de diagnostic biologique des pollutions atmosphériques à partir des lichens.



Chercheur à l'université des sciences et techniques de Nantes, Richard Lallemant n'imaginait pas que les lichens poussant sur les arbres et les rochers, l'objet de ses recherches, puissent aboutir un jour à une activité économique. " Les applications sont pourtant apparues dès 1970, lorsqu'on s'est intéressé à la très grande sensibilité des lichens à la pollution atmosphérique ", explique t-il. Les lichens ont en effet une capacité quatre fois supérieure à celle des sols - pour retenir la pollution des dioxines, par exemple. En 1996, le scientifique met au point une méthode permettant de cartographier les pollutions ammoniaquées dues aux élevages intensifs. Il tire de ces travaux une échelle de graduation qui demeure une référence. " Dès lors, les demandes ont afflué ", expose t-il. Créée en avril 2000, Aair Lichens commercialise les deux techniques développées par l'équipe de Richard Lallemant. " La première est la bio-indication, c'est-à-dire une étude de la flore par un relevé - au minimum - sur dix arbres par kilomètre carré. La flore est ensuite mise en rapport avec nos échelles de référence sur une quarantaine de lichens. La seconde technique est la bioaccumulation. Elle s'intéresse, par le biais d'analyses, aux substances que les lichens retiennent dans leur réseau mycélien ", détaille Philippe Giraudeau, chercheur et gérant de la PME. En un an, Aair Lichens a réussi à étoffer son offre en ajoutant au diagnostic ammoniacal d'autres méthodes permettant de déceler et de doser dans les lichens une quarantaine d'éléments traces, comme les métaux lourds, composants d'hydrocarbures, polychlorobiphényles (PCB) et autres pesticides.

Mettre en évidence les retombées de dioxines

Une étape importante fut la mise au point, avec l'aide de l'Anvar, d'une méthode permettant de mettre en évidence les retombées de dioxines. " Testées avec l'Ademe sur cinq sites d'incinération, cette solution permet une biosurveillance dans les zones urbaines et périurbaines sans dépendre de la présence d'élevages laitiers, habituellement révélateurs de ce type de pollution ", argumente Philippe Giraudeau. Aair Lichens a abouti à une méthode de calcul d'indice global de la qualité de l'air. Selon cette échelle permettant de détailler les " cocktails polluants " sur une zone donnée, l'entreprise a cartographié, entre autres zones, la totalité de la région Auvergne et les deux tiers de la Bretagne. Aair Lichens, qui ne se connaît pas de concurrents, travaille pour les DDASS, plusieurs communautés urbaines, la Ville de Paris, les Drire et quelques industriels.



L'enjeu

Mettre sur le marché une méthode permettant de doser et de cartographier une quarantaine de polluants atmosphériques.

Le défi

Élaborer une offre exhaustive permettant d'aboutir à un indice global de la qualité de l'air.

Les moyens

Quatre ans de développement. Création d'une PME au capital variable de 50 000 francs.

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle