A Wall Street, les investisseurs surveilleront d'abord la Fed

par Rodrigo Campos

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

A Wall Street, les investisseurs surveilleront d'abord la Fed

NEW YORK (Reuters) - Aucun des résultats trimestriels présentés cette semaine, pas même ceux de Google ou de General Electric, ne devrait réussir à détourner l'attention des investisseurs sur la Réserve fédérale, alors que Wall Street s'attend de plus en plus à de nouveaux rachats d'actifs de la part de la Fed pour soutenir l'économie.

Habituellement, lors de la présentation des performances trimestrielles, les investisseurs sont à l'affût du moindre mot prononcé par des groupes comme Intel ou JPMorgan, qui doivent également annoncer leurs bénéfices pour le troisième trimestre cette semaine.

Mais l'annonce inattendue vendredi de 95.000 emplois détruits le mois dernier aux Etats-Unis a renforcé la thèse de nouveaux rachats d'emprunt d'Etat américains par la Fed afin de stimuler l'économie, et cette perspective l'emporte dans l'esprit des investisseurs sur leurs références habituelles.

"Les marchés oscillent entre des données macroéconomiques et microéconomiques, et (cette) semaine on va se concentrer sur les données macroéconomiques", estime Brian Jacobsen, stratège chez Wells Fargo Funds Management.

La clôture vendredi en hausse et au-dessus des 11.000 points de l'indice Dow Jones malgré les chiffres de l'emploi américain illustre d'ailleurs assez bien l'état d'esprit dans lequel sont les investisseurs et montre à quel point ils sont de plus en plus certains qu'un nouvel assouplissement de la politique monétaire de la Fed aura lieu.

"RISQUE ASYMÉTRIQUE"

"Une bonne nouvelle est clairement favorable et fait monter le marché", note John Praveen, stratège chez Prudential International Investments Advisers LLC.

"Si les résultats ou les nouvelles économiques sont mauvaises, alors nous aurons (un deuxième programme d'assouplissement quantitatif)", ajoute-t-il. "Cela fera donc encore monter le marché. En ce sens, le risque est asymétrique."

Les statistiques qui seront publiées la semaine prochaine, comme les prix à la production, les ventes au détail et le moral des consommateurs devraient également apporter un nouvel éclairage sur l'état de l'économie américaine, et permettre de savoir si son ralentissement est suffisant pour justifier d'une nouvelle intervention de la Fed.

"Si les prix à la consommation montrent que l'inflation de base va ralentir, la probabilité d'un nouvel assouplissement quantitatif va augmenter et cela sera envisagé comme une bonne chose par le marché", souligne John Praveen.

En outre, des groupes comme Intel ont déjà prévenu que leur chiffre d'affaires serait inférieur aux prévisions, laissant ainsi peu de place à de mauvaises surprises du côté des publications trimestrielles.

Pour autant, la demande pour les adjudications de dette américaine prévues cette semaine, en particulier celles concernant des obligations à long terme, pourraient également soutenir les marchés d'actions.

Selon Brian Jacobsen, les investisseurs sont fatigués et la demande pour les titres à 30 ans pourrait être plus faible que dernièrement. Cela pourrait suggérer que "les gens sont plus intéressés par les actions que par les obligations", ajoute-t-il.

La parité du dollar avec le yen ou l'euro devrait également être surveillée, alors que les participants à une réunion du Fonds monétaire international (FMI) ne sont pas parvenus à un accord sur les taux de change, même si leur communiqué manifeste une volonté d'apaiser les tensions en exposant les points de vue de chacun.

Alexandre Boksenbaum-Granier pour le service français

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS