[A visiter cet été] Se remettre dans la peau d’un mineur au musée de la mine d'uranium Urêka

Tout l'été, nous vous invitons à faire du tourisme industriel. Le Limousin a une tradition minière d'extraction d'uranium. Le musée Urêka nous fait découvrir ce monde sous-terrain. 

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[A visiter cet été] Se remettre dans la peau d’un mineur au musée de la mine d'uranium Urêka
Le musée de la mine d'uranium Urêka reconstitue l'environnement d'un véritable mineur.

Les visiteurs sont dans l’ambiance avant même d’être sortis de voiture pour accéder au musée : le dernier tunnel est déjà creusé comme une carrière. Le musée de la mine d’uranium de Bessines-sur-Gartempe (Haute-Vienne), ouvert depuis 2013 sur un ancien site minier, se veut particulièrement immersif.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Crédit photo : Musée Urêka.

"Nous traitons d’un sujet sensible et difficile à expliquer", reconnaît Guy Lauret, gérant du musée et ancien directeur du site minier. "L’idée de faire un musée est venue pour rendre visible un monde qui génère beaucoup de suspicion", continue-t-il. Pour répondre à ce besoin de transparence, la solution se trouve dans l’histoire et la science selon Guy Lauret.

Un musée interactif

La région du Limousin possède 50 ans d’exploitation d’uranium et c’est en 2001 que la dernière mine de la région a fermé. Malheureusement, c’est seulement en 2005, après que toute la mine ait été rebouchée et nettoyée que l’ancien directeur pense à en faire un musée. La seule solution : faire un musée interactif sur le passé minier de la région. Grâce à des scénographes et spécialistes des décors de cinémas, les salles reconstituent l’intérieur de la carrière. Les opérateurs ont même moulé les propres murs de la mine pour plus de réalisme. Ce projet de 10 millions d’euros a été financé par Orano.

A l’extérieur du musée, les véritables engins de carrière d’époque sont exposés dans un jardin. A l’intérieur en revanche, les moyens utilisés sont des plus modernes. Un film en 3D raconte l’histoire de l’uranium. Les différentes salles expliquent ensuite ce que sont la prospection minière, les différentes notions de géologie ou encore les techniques d’extraction de l’uranium. Le visiteur peut rentrer dans un simulateur d’engin minier qui donne l’impression de descendre à 300 mètres de profondeur.

Crédit photo : Musée Urêka.

Visites guidées par des anciens mineurs

A ses grandes heures en 1985, la mine de Bessines extrayait 1000 tonnes d’uranium par an grâce à ses 1 500 employés. Dans le Limousin, il y avait une usine de concentration mais aussi 20 sites de production d’uranium dont quatre grandes mines sous-terraines. Aujourd’hui, il reste seulement un pôle de recherche, géré par Orano. Encore 150 salariés développent des recherches médicales et analyses chimiques pour le compte du groupe.

Depuis 2018, c’est l’association de 42 personnes Energies Limousines qui gère le musée. Quelques 15 bénévoles et anciens miniers s’occupent de faire les visites guidées pour les 2000 visiteurs visés en 2019, pour un prix moyen de 7€. "L’uranium est encore terriblement d’actualité, notre musée permet de donner un éclairage intelligent pour comprendre les enjeux d’aujourd’hui", assure Guy Lauret.

0 Commentaire

[A visiter cet été] Se remettre dans la peau d’un mineur au musée de la mine d'uranium Urêka

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié
0 Commentaire

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Matières Premières
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS