Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

A Toulouse, la mécatronique creuse le filon de l’interdisciplinarité

, , , ,

Publié le

Travail collaboratif et interdisciplinarité ont été les maîtres mots de la onzième édition des rencontres européennes de la mécatronique (EMM), le 25 septembre 2013 à Toulouse. L’EMM 2013 a récompensé la start-up Whylot pour une véritable innovation de rupture dans le domaine du moteur électrique.

A Toulouse, la mécatronique creuse le filon de l’interdisciplinarité © Patrice Desmedt

Les conférenciers des onzièmes rencontres européennes de la mécatronique n’ont pas leur langue dans leur poche. "Il faudrait que les donneurs d’ordre cessent d’aller sur Internet et regardent autour d’eux." Laurent Latorse, directeur général et fondateur d’Airod Technologies, poursuit avec un exemple concret : "Le laboratoire CNRS Laas a acheté un rover 40 000 euros, alors qu’il aurait pu acheter notre robot terrestre pour 10 000 euros. Nous ne sommes pourtant qu’à quelques kilomètres du Laas…" Au-delà de l’occasion de faire le point sur l’état de l’art de la mécatronique, ce parler-vrai industriel est l’un des intérêts de l’EMM.

"Ne me citez pas, demande un interlocuteur. Nous sommes ici dans un cadre amical". Amical, et en toute franchise. La filière aéronautique, habituellement citée en exemple, n’a pas été épargnée par plusieurs intervenants, qui estiment qu’elle suit actuellement le mauvais exemple de l’automobile, "dont l’objectif semblait être de tuer ses sous-traitants", a-t-on pu entendre. "Dans l’aéronautique, depuis Power 8, c’est une catastrophe. Heureusement, Airbus semble comprendre qu’il est allé trop loin dans la concentration de la prise de décision", témoigne un autre participant.

Une technologie de convergence

Les EMM, ce sont aussi et surtout une occasion en or de "réseauter". Pratiquement pas de session de questions – réponses qui ne se termine pas par un échange de cartes de visite entre deux voire trois entreprises qui se sont découvert des complémentarités. La mécatronique, au carrefour de la mécanique, de l’électronique et de l’informatique, est par essence une technologie de convergence. "La mécatronique, c’est un magnifique Lego qui associe différentes compétences", résume Catherine Jeandel, présidente de Midi Pyrénées Innovation. Le thème de l’interdisciplinarité et du travail collaboratif était récurrent dans toutes les interventions.

Moteur révolutionnaire

Le plus bel exemple aura été donné par le lauréat du Grand Prix des "Mechatronics Awards 2013", attribué à Whylot. La start-up qui a mis au point un moteur électrique révolutionnaire, qui se passe de bobinage de cuivre. Nettement plus compact, beaucoup plus léger, offrant une puissance massique de vingt fois supérieure à celle d’un moteur asynchrone équivalent et un rendement de 98%, il est aussi 30% moins cher que les moteurs actuels, grâce à sa conception et à un procédé de fabrication inédit. Il a déjà donné lieu au dépôt de douze brevets internationaux. "Nous avons pu mettre au point ce moteur parce que nous sommes une équipe internationale, avec des ingénieurs et des docteurs de différents secteurs", explique Romain Ravaud, président de Whylot.

Patrice Desmedt

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle