A Toulouse, la CGT prône un "syndicalisme rassemblé"

A l'occasion de son congrès annuel qui se tient à Toulouse depuis lundi, la CGT a massivement approuvé ce mercredi la résolution défendant la stratégie du "syndicalisme rassemblé". La résolution a été adopté à 83,5%, malgré des débats animés et l'hostilité de nombreux délégués à rechercher l'unité syndicale avec la CFDT, signataire de l'accord sur l'emploi.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

A Toulouse, la CGT prône un

Le rassemblement malgré les divisions. Le congrès de la CGT a massivement approuvé mercredi 20 mars la résolution défendant la stratégie du "syndicalisme rassemblé". La résolution n°1 sur les "responsabilités du syndicalisme aujourd'hui" a ainsi recueilli 83,5% des suffrages exprimés mais 4,5% des délégués se sont abstenus. Celtte résolution stipule notamment que "malgré les difficultés rencontrées, la CGT réaffirme sa volonté de travailler à un syndicalisme rassemblé. Cette démarche vise à favoriser les convergences d'actions, du local à l'international, chaque fois que cela est possible".

Hostilité vis-à-vis de la CFDT, signataire de l'accord emploi

Les premiers jours de ce congrès qui se tient à Toulouse depuis lundi ont donné lieu à des débats animés, rapporte l'AFP, certains délégués affichant leur hostilité quant à la recherche de l'unité syndicale avec la CFDT, signataire de l'accord emploi. Avant le vote de la résolution n°1, Francine Blanche, membre de la commission exécutive sortante, avait ainsi répondu aux critiques émises par des délégués sur le "syndicalisme rassemblé" défendu par Bernard Thibault, et auquel son successeur Thierry Lepaon n'entend pas renoncer.

"Ce n'est pas parce qu'en face", des "zozos" ont "bousillé le terme qu'on a construit pendant 15 ans qu'il faut casser la ligne" et "renoncer à l'unité des salariés", s'est-elle exclamée, en évoquant implicitement la CFDT, signataire de l'accord sur la sécurisation de l'emploi conclu le 11 janvier avec le patronat. Cet accord qualifié de "scélérat" par la CGT a également été signé par la CFTC et la CFE-CGC. Thierry Lepaon a proposé lundi au Congrès, qui réunit un millier de délégués à Toulouse jusqu'à vendredi, une nouvelle mobilisation contre ce texte, transformé en projet de loi, au moment où il sera examiné par l'Assemblée début avril.

Julien Bonnet

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS