Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

À Rumilly, Tefal s'accroche au made in France

,

Publié le

Installé depuis 1961 dans les Alpes, l’industriel produit chaque année 42 millions de poêles et casseroles. Une réussite rendue possible à coups d’innovations et de recherche de compétitivité.

À Rumilly, Tefal s'accroche au made in France
Les disques d’aluminium, qui deviendront des poêles, sont fournis par Rio Tinto Alcan et Alcoa.

Une série de bâtiments industriels blancs qui s’étirent sur près de 2 kilomètres au sud de Rumilly (Haute-Savoie). Tous entourés d’immenses parkings et protégés par diverses barrières et caméras… C’est au cœur des Alpes, entre les lacs d’Annecy et du Bourget, que l’inventeur de la poêle antiadhésive Tefal, acronyme de « Teflon sur aluminium », est installé depuis 1961. Près de 1 800 personnes travaillent quotidiennement sur ce site, devenu le plus important au monde du groupe SEB. En 2015, 42 millions de poêles et casseroles y ont été produites, exportées à 75 % vers l’Europe, l’Afrique mais aussi en Corée du Sud, au Japon, aux États-Unis… Pour garder sa place de numéro un mondial et faire face à la concurrence asiatique, Tefal doit innover sans cesse. « C’est un défi permanent. Il faut développer de nouveaux produits et rester compétitifs », souligne Patrick Llobregat, le directeur général de l’activité articles culinaires chez SEB. Depuis cinq ans, 100 millions d’euros ont été investis dans l’usine. « Aujourd’hui, 90 % de la production est automatisée. Seules deux opérations sont manuelles, la pose de la poignée et l’emballage du produit », détaille Patrick Collomb-Clerc, le responsable technique de l’activité articles culinaires. Si la fabrication de l’indémodable poêle antiadhésive a considérablement gagné en productivité, les étapes du process sont restées les mêmes. L’aluminium est l’immuable matériau de base. Dans un dédale presque sans fin d’ateliers, des disques de 160 à 500 millimètres de diamètre sont entreposés en tête des lignes de production. Ils seront transformés 90 minutes plus tard en poêles, casseroles, fait-tout ou woks, revêtus de différents apparats, PTFE (téflon), émail ou céramique.

Poêles et casseroles bientôt connectées

Tout le savoir-faire de Tefal repose dans l’exécution de cette transformation. Deux technologies séparées de plusieurs bâtiments sont utilisées en fonction des types de contenants. D’un côté, la fabrication des poêles destinées à la cuisson à induction. Dans un bruit de fond de machines et de presses, une grille en inox est sertie sur des disques d’aluminium défilant à la chaîne. Chacun d’eux passe ensuite entre deux presses pour adopter une forme concave. Après un sablage pour rendre leur surface poreuse, les futures poêles s’acheminent vers une succession de cabines de peinture. Elles reçoivent trois à quatre couches de PTFE ou de céramique avant de passer à la cuisson à 420 °C qui fixe le revêtement. « Contrairement à nos concurrents, nous développons et fabriquons nous-mêmes tous nos revêtements. Notre procédé pour le revêtement céramique génère de l’éthanol, non toxique. Nos concurrents, eux, génèrent du méthanol », souligne François Muller, le directeur industriel des articles culinaires.

À l’autre bout du site, se tient l’atelier de sérigraphie, inauguré en 1995, pour les poêles tous feux sauf induction. Le PTFE et les décorations extérieures sont appliqués par couches successives sur l’aluminium à plat avant emboutissage. « La sérigraphie nous a permis une économie de matières par rapport à la pulvérisation, mais ne peut être réalisée pour les produits destinés à la cuisson par induction, à cause de contraintes techniques », affirme Patrick Collomb-Clerc. Chaque nouveauté commercialisée oblige les équipes de production à adapter rapidement les process de fabrication. La technologie céramique en 2010 a nécessité l’installation de cabines de peinture fermées avec aspiration d’air en continu. À l’automne, le revêtement a évolué avec l’intégration du titane dans le PTFE pour plus de la résistance. Bientôt, la poêle connectée pourra donner des informations sur la température de cuisson, l’hygrométrie ou le poids de l’aliment… Ce sera la prochaine révolution de Tefal. De quoi rester attaché encore longtemps au made in France. 

Texte  : Adrien Cahuzac    /   Photos  : Sébastien Sindeu

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus