L'Usine Santé

À quoi va servir “l’alliance inclusive pour le vaccin” de la France et trois pays européens contre le Covid-19 ?

Simon Chodorge , , , ,

Publié le

Le ministère français de la Santé a annoncé la création d'une "alliance inclusive pour le vaccin" avec l'Allemagne, l'Italie et les Pays-Bas. Présentée officiellement le 5 juin, ce groupe espère garantir l'accès de l'Europe à un potentiel vaccin contre le Covid-19.    

À quoi va servir “l’alliance inclusive pour le vaccin” de la France et trois pays européens contre le Covid-19 ?
L'Europe veut garantir la diffusion d'un potentiel vaccin contre le Covid-19 à l'international, “y compris au bénéfice des pays les plus pauvres". Photo: Kenneth Pornillos / World Bank
© Flickr - world bank photo collection

La France, l’Allemagne, l’Italie et les Pays-Bas s’unissent dans le développement d’un vaccin contre le Covid-19. Vendredi 5 juin, le gouvernement français a annoncé la création d’une “alliance inclusive pour le vaccin”. Ensemble, les quatre pays veulent garantir aux populations européennes l’approvisionnement d’un potentiel vaccin “à des condition équitables”, notamment grâce à des accords avec les laboratoires pharmaceutiques.

Assurer la production d’un vaccin en Europe

“L’Alliance suit très attentivement les recherches les plus prometteuses sur le vaccin et est en contact étroit avec celles des entreprises pharmaceutiques les plus avancées sur son développement”, explique le ministère des Solidarités et de la Santé dans un communiqué. “Ces contacts visent à négocier des pré-accords avec ces entreprises, dans le but principal d’assurer le plus rapidement possible la production en Europe de ces vaccins, en quantité suffisante pour la population européenne et au-delà”, poursuit le gouvernement.

L’objectif : ne pas laisser l’Europe en retard dans la recherche d’un vaccin contre le Covid-19. “Beaucoup de pays veulent avoir un vaccin contre le coronavirus aussi vite que possible et sont en train d’investir massivement dans des initiatives de recherche variées”, prévient de son côté le gouvernement néerlandais.

Ces propos font écho à la polémique déclenchée par Sanofi. En mai, le patron du laboratoire pharmaceutique français suscitait un tollé en révélant que son potentiel vaccin serait d’abord distribué aux Etats-Unis. Olivier Bogillot, président de Sanofi France, appelait alors à une mobilisation de l’Union européenne.

Garantir un vaccin à “prix juste”

Les quatre pays veulent également assurer “un prix juste” du vaccin contre le Covid-19 pour permettre sa diffusion à l’international, “y compris au bénéfice des pays les plus pauvres, notamment d’Afrique”. L’initiative européenne a pris la forme d’un mémorandum signé par les ministres français, allemand, néerlandais et italien. L’alliance se dit toutefois ouverte à la coopération d’autres pays membres de l’Union européenne et de la Commission européenne.

“Les relations déjà nouées avec les principaux industriels nous permettent d’envisager de premiers contrats dans les prochaines semaines”, indique dans un communiqué Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’Etat au ministère de l’Economie.

Jeudi 4 juin, la Commission européenne révélait par ailleurs une promesse de don de 300 millions d’euros sur la période 2021-2025 à Gavi, un partenariat public-privé mondial à but non lucratif qui vise à assurer un accès égal aux différents vaccins à travers le monde. De son côté, la France doit augmenter sa contribution de 250 à 500 millions d’euros sur la période 2021-2026. Le président Emmanuel Macron a promis un don supplémentaire de 100 millions d’euros lorsqu'un vaccin contre le Covid-19 serait disponible.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte