Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

À quoi va ressembler l’écologie du citoyen de François de Rugy?

Aurélie Barbaux ,

Publié le

Le nouveau ministre de la Transition écologique et solidaire, François de Rugy, a dévoilé lors de ses vœux au monde de l’écologie la direction qu’il voulait donner à son ministère, ainsi que quelques-unes de ses premières idées.

À quoi va ressembler l’écologie du citoyen de François de Rugy?
François de Rugy (ici avec Isabelle Kocher, DG d'Engie) compte sur les entreprises pour la rénovation énergétique et les chaudières à un euro.
© Aurélie Barbaux

"Je veux être en 2019 le ministre de l’Ecologie du citoyen", a lancé François de Rugy lors des vœux au monde de l’écologie, le 16 janvier. Son idée, développer une écologie qui soit à la fois "à la hauteur des enjeux" climatiques et environnementaux et "à hauteur de femmes et d'hommes". Sans remettre en cause le plan climat de son prédécesseur Nicolas Hulot, le nouveau ministre veut imposer sa marque et faire preuve de créativité.

Revisiter la taxe carbone

Comment ? François de Rugy compte beaucoup sur le grand débat pour qu’y soient débattues les questions de fiscalité écologique : "En 2019, je veux qu’on innove, explique le ministre. On ne va pas rester sur un programme, marquer une pause en 2019 et le reprendre en avril là où nous l’avions arrêté". Et François de Rugy prévient déjà : "On ne va pas reprendre la taxe carbone telle qu’on l’avait prévue".

Récompenser les réductions de CO2

Mais il ne veut pas que son ministère se résume à régler le problème de la taxe carbone. Avec son écologie du citoyen, François de Rugy "veut que l’on récompense ceux qui font des efforts", parce que le "changement est un effort". Comment ? Rien n’est défini, mais François de Rugy veut expérimenter avec des volontaires un moyen de rémunérer les baisses individuelles de CO2. On n’en saura pas plus à ce stade.

Des chaudières à un euro

Enfin, il veut agir sur le premier poste d’émission de CO2 en France, c'est-à-dire le chauffage dans les bâtiments. Pour cela, il compte sur les entreprises privées. Et il a annoncé "la chaudière à un euro", pour les ménages les plus modestes, via une prime conversion chaudière, similaire à la prime à la conversion. L’offre est apparemment déjà prête. Dès le 18 janvier, le groupe Effy, spécialiste de l’isolation à un euro, va installer en Seine-et-Marne chez un particulier la première pompe à chaleur air/eau à un euro.

On sait aussi qu’Engie prépare une offre pour faciliter le remplacement des chaudières par une offre de type leasing. Dans sa nouvelle feuille de route énergétique, le gouvernement a fixé un objectif de remplacer 1 million de chaudières au fioul et 10 000 chauffages au charbon d’ici à 2023.

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle