Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

A quoi ressemblera PSA en 2017 ?

Pauline Ducamp , , , ,

Publié le

Les alliances avec General Motors et DongFeng dessinent une nouvelle carte industrielle pour le constructeur français. L'Usine Nouvelle vous en dessine les contours.

A quoi ressemblera PSA en 2017 ? © PSA Peugeot Citroën

Un centre de gravité en Asie

- L’internationalisation du groupe était l’un des axes de la stratégie de Philippe Varin depuis son arrivée dans le groupe (il y a quatre ans) en 2009. Avec la signature probable en début d’année prochaine d’une alliance capitalistique avec DongFeng, cette internationalisation devrait se retrouver dans la composition du comité de surveillance de PSA.

- Au niveau industriel, cette prise de pouvoir chinoise signifie surtout une concentration toujours plus forte du groupe sur le premier marché automobile mondial. Entre 2010 et 2015, PSA et DongFeng ont prévu d’investir 1,38 milliard d'euros dans le développement de leur joint-venture DPCA. Ils ont ainsi inauguré l’été dernier la troisième usine de la joint-venture à Wuhan, dans le centre de la Chine. PSA étoffe également ses capacités de recherche et développement dans le pays, en particulier pour la marque DS.

- En échange de l’injection de fonds, PSA devrait transférer des technologies à son partenaire chinois. On évoque le développement d’une marque propre à la joint-venture. PSA et Dongfeng pourraient aussi développer un programme de véhicules low-cost pour le sud-est asiatique. Cet espace intéresse beaucoup le groupe français. La coentreprise DPCA a commencé à exporter des véhicules en CKD, comme la berline 408 assemblée pour le Vietnam ou la Malaisie. Si cette piste se confirme, les premiers véhicules ne devraient pas être commercialisés avant plusieurs années.

De nouvelles implantations dans le monde

- Au-delà du marché asiatique, PSA travaille à de nouvelles implantations industrielles. L’amélioration des relations avec l’Iran pourrait lui rouvrir les portes de ce marché très friand de Peugeot. Avant l’arrêt des ventes en 2011, PSA écoulait 450 000 véhicules assemblés en CKD sur place.

- Le groupe a récemment annoncé une implantation industrielle de 15 000 véhicules au Vénézuela dès l’année prochaine. Une autre piste serait aussi à l’étude au Nigéria.

Une base française préservée

- Ce développement international ne doit cependant pas se faire au détriment des usines françaises. Dans le cadre de son accord compétitivité, PSA avait garantie la production d’un million de véhicules minimum en France en 2016.

- L’annonce de la production des remplaçants du Peugeot 3008 et de l’Opel Zafira en 2015 et 2017 à Sochaux fera grimper ce chiffre. L’usine historique de Peugeot produira en effet 380 000 véhicules par, soit 100 000 de plus qu’aujourd’hui.

- Les usines de fonderie et de mécaniques seront aussi chargées grâce à l’alliance avec GM. En tout, les deux partenaires produiront, à partir de 2017, 700 000 véhicules par an. C’est PSA qui fournira toutes les plateformes, boites de vitesses et motorisations, assurant l’activité des usines de Trémery (Moselle), Metz (Moselle), Valenciennes (Nord), Mulhouse (Haut-Rhin) et Charleville-Mézières (Ardennes).

Pauline Ducamp

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle