À qui profitera la sortie progressive du nucléaire de la Suisse?

En approuvant à 58,2 %, par référendum, la stratégie énergétique 2050, les Suisses ont confirmé leur volonté de sortir progressivement du nucléaire décidé en 2011. Plus facile à dire qu’à faire.

Partager
À qui profitera la sortie progressive du nucléaire de la Suisse?

La stratégie énergétique 2050, que viennent d’adopter à 58,2 % les Suisses par référendum, est ambitieuse. Elle acte une décision prise en 2011 par les Suisses : sortir progressivement du nucléaire en ne construisant plus de nouvelles centrales et en ne pas prolonger les quatre centrales existantes au-delà de leur durée de vie initiale de 50 ans. Elle fixe surtout la trajectoire de sortie avec des objectifs ambitieux en termes de consommation d'énergie et de mix énergétique. Elle fixe une réduction de la consommation de 16 % d'ici à 2020 et de 43 % d'ici à 2035, par rapport au niveau de l'an 2000. En parallèle, la puissance installée du parc d’énergies renouvelables devra augmenter drastiquement d'ici 2035. Comment ? Cela reste à définir.

Une chance pour les filières hydrogène et efficacité énergétique

"Les cinq réacteurs nucléaires suisses fournissent près de 40 % de l'électricité du pays. Ce sera un vrai défi de les remplacer d’ici 20 ans, observe Nicolas Goldberg, manager chez Colombus Consulting. D’autant que la Suisse devrait miser sur la biomasse et le stockage des énergies renouvelables via le power to gaz [utilisation de l’énergie renouvelable pour fabriquer de l’hydrogène utiliser ensuite pour faire du gaz plus facile à stocker] alors qu’elle est surtout experte en hydroélectricité." Et que certaines de ces technologies n’ont pas encore prouvé leur maturité industrielle. Les industriels de l’hydrogène, comme le français MacPhy, et de l’efficacité énergétique, comme Veolia et Dalkia, la filière d’EDF, pourraient donc être les premiers gagnants de cette décision suisse.

Une opportunité côté démantèlement

Pour la filière nucléaire, ce vote n’est pas une mauvaise surprise. "Le mauvais signal avait été donné en 2011, rappelle Nicolas Goldberg. On n’attendait pas autre chose du vote des Suisses de dimanche. Et pour la filière, le démantèlement des centrales pourra être une opportunité à saisir." Mais pour EDF, qui se pose en chef de file d’une filière européenne du démantèlement, tout n’est pas gagné. Sur les cinq réacteurs suisses en activité, seuls trois fonctionnent avec la technologie à eau pressurisée, comme pour le parc français et la centrale De Chooz A, la vitrine démantèlement d’EDF. "Les centrales suisses ont été construites avec l’américain Westinghouse", rappelle l’expert de Colombus consulting. Or, contrairement à EDF, qui n'a démantelé totalement que des réacteurs laboratoires, Westinghouse a déjà à son actif des démantèlements de bout en bout de centrales nucléaires et, en tant que constructeur, sera plus à même d’assurer la déconstruction des centrales suisses.

Quant aux deux autres réacteurs, ils utilisent la technologie à eau bouillante sur laquelle, pour l’instant EDF, n’a pas d’expertise historique. Mais la messe n’est pas dite.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER Energie et Matières premières

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le Mans, capitale du son

Le Mans, capitale du son

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Olivier James nous emmène au Mans pour nous faire découvrir un écosystème surprenant : celui de l'acoustique. En quelques années, la...

Écouter cet épisode

Le design dans le monde d'après

Le design dans le monde d'après

L'ancien secrétaire d'Etat socialiste, Thierry Mandon, est président de la Cité du Design de Saint-Etienne. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il présente la Biennale...

Écouter cet épisode

Viande in vitro, végétal... Frédéric Wallet dresse le menu de demain

Viande in vitro, végétal... Frédéric Wallet dresse le menu de demain

Dans ce nouvel épisode de « Demain dans nos assiettes », notre journaliste reçoit Frédéric Wallet. Chercheur à l'Inrae, il est l'auteur de Manger Demain, paru aux...

Écouter cet épisode

La fin du charbon en Moselle

La fin du charbon en Moselle

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Cécile Maillard nous emmène à Saint Avold, en Moselle, dans l'enceinte de l'une des trois dernières centrales à charbon de...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

VILLE DE CALLAC

Technicien des Services Techniques H/F

VILLE DE CALLAC - 31/03/2022 - CDD - CALLAC DE BRETAGNE

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

74 - Annecy

Services d'assurances

DATE DE REPONSE 16/06/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS