Quotidien des Usines

A PSA-Mulhouse, Estrosi salue la résistance de l'industrie automobile

, , ,

Publié le

Le constructeur automobile français PSA Peugeot Citroën vient d’annoncer renouer avec les bénéfices, avec une balance positive au premier semestre de 680 millions d'euros. Présent sur le site de Mulhouse du groupe, Christian Estrosi a salué hier la compétitivité et l’excellence de l’industrie automobile française.

A PSA-Mulhouse, Estrosi salue la résistance de l'industrie automobile © PSA Mulhouse

Hier mardi 27 juillet, le ministre de l’Industrie s’est rendu sur le site Mulhousien de PSA Peugeot-Citroën, en compagnie des élus locaux et des responsables de l’usine.

Les dernières innovations du constructeur automobile lui ont été présentées durant la visite de l’atelier d’assemblage des trains arrière, équipés de moteurs hybrides des futures 3008 et DS5, et de la ligne de montage de la nouvelle C4.

Après avoir testé le véhicule en avant première, il a rencontré les salariés de l’usine et a salué lors d’une intervention la résistance du marché automobile en France, « bien meilleure que celle des compétiteurs étrangers ».

Soulignant que « ce qui fait la force d’un pays, c’est son industrie », le ministre a mentionné a plusieurs reprises la croissance de plus de 43% de la production industrielle du premier trimestre 2010 par rapport au premier trimestre 2009.

L'usine en chiffres

Superficie: 320 ha

Effectifs: 9500 dont,
- 1000 intérimaires
- 300 contrats de professionnalisation
- 110 apprentis (auxquels 50 se rajouteront à la rentrée)

Production: 200 véhicules par jour, soit 300 000 véhicules par an
Investissement 2009: 115 millions d’euros
Sous-traitants: 850 fournisseurs

De fait, il s’est félicité de l’action de son gouvernement, principalement des « investissements d’avenir », notamment celui de 750 millions d’euros, alloués au secteur automobile, pour« les véhicules du futur », ainsi que du Crédit Impôt Recherche « particulièrement adapté au secteur automobile où l’essentiel de la R&D se fait chez les équipementiers et dans les PME ».

Christian Estrosi n’a pas manqué de louer et d’encourager la performance de PSA en matière d’innovation, de sécurité et d’engagement environnemental : la nouvelle C4, qui sera présentée au prochain Mondial de l’Automobile à Paris allie souci écologique par une faible consommation et émission de CO2, technologique du fait de son système e-HDI.

De plus, elle est fabriquée à plus de « 50% avec des composantes produites par des équipementiers français » s’est réjoui le ministre, « et il en est de même pour les véhicules construits à l’étranger, comme par exemple à l’usine PSA de Shanghai ».

« Lorsque tout s’écroulait dans les pays développés, qui aurait pu me dire qu’un an et demi après, je serais ici, avec l’annonce de plusieurs centaines d’intérimaires, qui seront sans doute beaucoup plus grâce à la politique d’innovation qui a été celle de cette entreprise durant la crise ? ». Le ministre a ainsi accordé une place toute particulière à la politique sociale de l’entreprise PSA, dont la direction a annoncé le 26 juillet 2010 le recrutement de 300 intérimaires pour constituer une demi-équipe de nuit, opérationnelle dès la mi-octobre.

En mai dernier, la fermeture de la précédente équipe de nuit avait conduit à la suppression de 500 postes d’intérimaires. Un mois plus tard, PSA annonçait pour novembre, une vague d’embauche de 500 personnes dont 40 en CDI.

La gestion en flux tendu (selon l’activité de production) du nombre de salariés de l’usine suscite quelques mécontentements parmi les syndicats du site, (lequel compte 9500 collaborateurs dont près de 1400 contrats d’intérimaires, de professionnalisation ou d’apprentissage) : l’embauche existe, mais à court terme, et sous forme d’emplois précaires.

Amandine Ascensio

Après l'automobile, le textile

A l’issue de la visite, un groupe de personnes parmi lesquelles des élus, ont demandé à rencontrer le Ministre de l’Industrie pour mentionner l’usine textile Velcorex, dont le projet de reprise pourrait mener à la suppression de 77 emplois.

Pierre Schmitt, candidat à la reprise, a pu s’entretenir quelques minutes avec Christian Estrosi : celui-ci lui a assuré que « sous 48h le tribunal de commerce disposera de tous les éléments nécessaires de la part de mon ministère ».

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte