A Pollutec, une convention pour accélérer la collecte des déchets d'équipements électriques

La Fédération des entreprises de recyclage et l’éco-organisme Eco-systèmes viennent de signer une convention pour atteindre les objectifs fixés par l’Europe sur les déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE). Le but : doubler la collecte d’ici 2019.

Partager
TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

A Pollutec, une convention pour accélérer la collecte des déchets d'équipements électriques

"Nous travaillons depuis deux ans sur cette convention. C’est la première signature entre une fédération professionnelle et un éco-organisme. Nous avons uni nos forces pour atteindre les objectifs", affirme à L’Usine Nouvelle, Jean-Philippe Carpentier, le président de la Fédération des entreprises de recyclage (Federec). Des objectifs fixés par la directive européenne du 4 juillet 2012 relative aux déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE), qui a été transposée par le décret 2014/928 du 19 août dernier. Si le taux de collecte en France sera mesuré à la fin de l’année autour de 35 % des équipements mis sur le marché, il devra atteindre 45 % en 2016 et surtout 65 % en 2019.

Cette convention, signée le mercredi 3 décembre 2014 sur le salon Pollutec, est destinée aux récupérateurs et aux opérateurs, adhérents de Federec, qui ont mis en œuvre un process suffisamment performant pour effectuer dépollution, recyclage et valorisation selon les standards du référentiel WEEELABEX (WEE label of excellence) - qui regroupe la majorité des éco-organismes européens - et des futures normes. L’objectif est dans un premier temps de signer 400 contrats avec les récupérateurs et les opérateurs de Federec. "Cette convention marque la professionnalisation de la filière, la montée en qualité avec des certificats et la mise de côté des brebis galeuses", assure le président de Federec.

Lutter contre les filières illégales

Cette convention renforce la traçabilité et le contrôle des DEEE. "L’idée est d’assurer la traçabilité en amont et de garantir qu’on n’est pas dans une chaîne de recel", explique Christian Brabant, le directeur général d’Eco-systèmes. Toutefois, une traçabilité renforcée incite certains "recycleurs" à envoyer leur cargaison à l’étranger, où les autorités sont parfois peu regardantes comme pour le paiement en liquide interdit en France depuis deux ans. "Aux frontières, les pertes d’activités sont importantes. C’est le cas à la frontière nord, où elles se chiffrent à 40 %. En Belgique et en Allemagne, le paiement en espèces ne pose pas de problème", regrette Jean-Philippe Carpentier. D’ailleurs, Federec et Eco-systèmes militent pour une uniformisation européenne des règles dans ce domaine. "Cela risque de prendre quelques années", confie Christian Brabant.

Il n’en reste pas moins que le but premier de cette convention est de réussir à atteindre en cinq ans un doublement de la collecte des DEEE en France en passant de 7,4 à 14 kg par an et par habitant. La cible visée concerne essentiellement les artisans, installateurs et cuisinistes pour des gros appareils (climatisation, chauffe-eau, chauffage,…). Ceux-ci ne disposent pas de filière organisée à l’inverse des petits appareils, qui peuvent être rapportés chez les distributeurs par les ménages. Et la valorisation de cette collecte doublée devra atteindre 85 %, contre 80 % aujourd’hui. Cela demande une séparation des matériaux et une dépollution encore plus fines.

Olivier Cognasse, à Lyon

0 Commentaire

A Pollutec, une convention pour accélérer la collecte des déchets d'équipements électriques

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

Lors des Assises de l'industrie 2021 organisées par L'Usine Nouvelle, Clotilde Delbos, directrice générale adjointe de Renault et DG de Mobilize (marque du groupe au losange) et Christel Bories,...

Écouter cet épisode

Une bête curieuse

Une bête curieuse

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix nous raconte le parcours de Temple Grandin.  Autiste, experte en psychologie des animaux, ingénieure, chef d’entreprise... Temple Grandin...

Écouter cet épisode

François Alu, danseur... et coach en entreprise

François Alu, danseur... et coach en entreprise

Dans le nouveau podcast Inspiration, François Alu, premier danseur de ballet de l'Opéra de Paris répond aux questions de Christophe Bys. Une interview réalisée à l'occasion...

Écouter cet épisode

L'innovation selon le patron de Valeo

L'innovation selon le patron de Valeo

Jacques Aschenbroich, le PDG de Valeo, était présent aux Assises de l'Industrie organisées par L'Usine Nouvelle. Le dirigeant du groupe français, spécialiste des systèmes...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 30/11/2021 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS