Quotidien des Usines

A Pau, Airbus espère produire 80 E-Fan par an d'ici à 2025

, , , ,

Publié le

Airbus et la région Aquitaine ont choisi d’installer dans le Béarn l'usine du premier avion tout électrique : L'E-Fan 2.0. Un pari à 50 millions d’euros et aux grandes ambitions. Le groupe aéronautique voit dans ce biplace électrique l'esquisse des liaisons régionales de demain.

A Pau, Airbus espère produire 80 E-Fan par an d'ici à 2025 © Airbus Group

l'E-Fan 2.0, un biplace, de 6,7 mètres de long et 9,5 mètres d'envergure, développé par Airbus Group (ex-EADS) en partenariat avec Aero Composites Saintonge (ACS) et la Direction générale de l'aviation civile (DGAC), sera construit à Pau-Uzein (Béarn), près de l’aéroport. Les travaux pour construire l’usine de 1500 mètres carrés destinée à le produire, vont être lancés début 2016. La production doit débuter fin 2017 et commencera sur un rythme de 15 appareils par an, dans un premier temps, et emploiera 15 personnes.

"Nous ajusterons en fonction des besoins du marché, qui sont énormes", précise, plein d’ambition, Jean Botti, directeur général délégué à la technologie et à l’innovation d’Airbus Group. L'objectif est de produire 80 E-Fan par an à l'horizon 2025. L’investissement global dans le projet est de 50 millions d’euros, dont 20 millions portés par Airbus. 100 personnes sont actuellement mobilisées sur la partie R&D.

Objectif : produire l’avion régional électrique de demain

L'E-Fan 2.0 est adapté aux missions courtes, de 45 minutes à une heure dans les écoles de pilotage. Construit en fibre de carbone et propulsé par deux moteurs alimentés par une série de batteries au lithium-ion polymère de 250 volts, il peut voler jusqu'à 220 km/h (160 km/h en vitesse de croisière). L'E-fan 2.0 est la figure de proue du plan "avion électrique" de la "Nouvelle France industrielle". La première démonstration de vol a eu lieu le 25 avril 2014 à l'aéroport de Bordeaux-Mérignac.

Le projet est porté par Voltair SAS, société filiale à 100% d'Airbus Group, créée pour produire et distribuer cet avion électrique. Plusieurs industriels, notamment locaux sont mobilisés, des grands groupes, des ETI (Daher Socata Tarbes, Safran, Zodiac...), et des PME (Evtronic, Serma Technologies, ACS...). Mais aussi le Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies renouvelables (CEA) et des partenaires académiques (Ensam Bordeaux, ISEA...).

"L’E-Fan est la première pierre. Notre vrai objectif, c’est de produire l’avion électrique régional de demain. Nous espérons avoir le premier prototype dans une dizaine d’années", avance Jean Botti.

Nicolas César

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

08/05/2015 - 20h52 -

Ce n’est pas un choix basé sur une analyse économique ou industrielle mais une décision politique. C’est la société DAHER qui pilote le projet, et elle est basée sur l’aéroport de Tarbes Lourdes Pyrénées à 30 km de celui de pau à vol d’E-Fan. En revanche c'est un bon début si l'on projete de fermer l'aéroport de Tarbes.
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte