A Oyonnax, dans la Plastics Vallée, les emplois sont vraiment au coin de la rue

Proche de Lyon et de Genève et à deux heures de Paris par TGV, l’agglomération du Haut-Bugey peine à recruter malgré son dynamisme économique. Représentants de la région et industriels seront au salon du travail et de la mobilité professionnelle les 17 et 18 janvier pour faire les yeux doux aux Franciliens. 600 postes sont à pourvoir, dont la moitié dans l'industrie de la plasturgie.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

A Oyonnax, dans la Plastics Vallée, les emplois sont vraiment au coin de la rue
600 emplois, dont 300 dans la filière de la plasturgie, sont proposés dans l'agglomération du Haut Bugey (01) et la Plastics Vallée.

Trouver un job dans la plasturgie est-il plus simple que dans un bar ou un restaurant ? Les Franciliens, en tout cas, devront traverser un peu plus qu’une rue et parcourir les presque 500 km qui séparent Paris d’Oyonnax, la capitale européenne de la plasturgie. Plus de 600 recrutements sont actuellement ouverts sur ce territoire de l’Ain, également connu sous le nom de Plastics Vallée. Parmi eux, 300 profils sont recherchés par les entreprises de l’industrie plasturgique. Les autres postes sont destinés aux activités commerciales et de service. "Il y a du travail pour tout le monde", assure Jérôme Schmitt, président de l’association des acteurs économiques de la Plastics Vallée.

Pénurie de cadres

Une longue liste de postes est à pourvoir : techniciens de maintenance, chefs de projets, d’équipes, technico-commerciaux, informaticiens, métrologues mais aussi monteurs régleurs sur commande numérique, ingénieurs, opérateurs sur presses... "On vient chercher des candidats qui veulent changer de vie et de région", résume Anne Marie Guignot, adjointe au maire d’Oyonnax et vice-présidente de Haut Bugey agglomération, qui admet aussi que ce sont les cadres qui manquent le plus. Cela fait des années que la pénurie perdure dans le premier département industriel de France. Le territoire compte la 3e plus grosse scierie d’Europe. "Certaines entreprises ne peuvent même pas honorer la demande de leurs clients", déplore Jacques Vareyon, adjoint au maire d’Oyonnax qui rappelle que 40% de la production est exportée.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

La plasturgie se porte bien

Emmanuelle Perdrix, présidente de Rovip, une entreprise familiale de 70 personnes, en sait quelque chose. Celle qui est aussi la nouvelle présidente d’Allizé plasturgie, le syndicat de la filière plasturgie qui couvre le grand Est de la France à l’Occitanie, reconnaît s’être déjà interrogée sur l’intérêt de rester à Chavannes-sur-Suran, où les difficultés à recruter représentent "un frein pour le développement".

Un comble, dans une filière - la plasturgie - qui se porte bien. Son chiffre d’affaires représente 30,2 milliards d’euros par an en France, dont 2 milliards réalisés par les 3500 entreprises, majoritairement des TPE et des PME, de la Plastics Vallée. Les technologies avancent pour répondre à des marchés en demande de solutions résistantes, durables et légères. Et les métiers évoluent. "80 % auront changé en 2030", assure Sinaa Thabet, chargée des relations entreprises et de la promotion du territoire qui pilote la création de la cité de la plastronique dont les portes ouvriront en 2022 pour accueillir "une discipline d’avenir".

Des salaires attractifs

A Oyonnax et ses environs, où le prix du mètre carré oscille entre 1200 et 1500 euros, le manque de main d’œuvre tire les salaires vers le haut. "Un jeune avec son BTS plasturgie en poche peut espérer gagner jusqu’à 30 000 euros brut par an", indique Emmanuelle Perdrix, "et un technicien confirmé travaillant 35 heures peut atteindre 45 000 euros brut". Des perspectives de carrières que les Franciliens candidats à la mobilité pourront découvrir la semaine prochaine à la Grande halle de la Villette. Presque le trottoir d’en face.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Matières Premières
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS