Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

A Mulhouse, Faurecia fait son nid chez PSA

, , ,

Publié le

Pour réduire les coûts logistiques, une dizaine de salariés de Faurecia vont travailler sur le site de PSA à Sausheim près de Mulhouse (Haut-Rhin). Une première qui devrait en appeler d'autres.

A Mulhouse, Faurecia fait son nid chez PSA
Peugeot 2008
© D.R.

L'effectif est modeste, mais l'économie est de taille. A partir du 6 janvier 2014, 10 salariés de l'équipementier Faurecia Systèmes d'échappement vont travailler sur le site PSA Peugeot Citroën de Sausheim/Mulhouse (Haut-Rhin) où une surface a été aménagée à leur attention à proximité du quai de déchargement dédié aux fournisseurs synchrones.

Ils recevront sur place des pièces brutes produites par Faurecia Systèmes d'échappement dans son usine de Beaulieu-Mandeure (Doubs). Leur travail consistera à les préparer et à les positionner dans la chronologie de passage des véhicules sur les systèmes de montage de PSA.

Coûts logistiques moindres

Jusqu'à maintenant, cette activité était réalisée dans des locaux loués par Faurecia à Ottmarsheim (Haut-Rhin), à quelques kilomètres de l'usine. Le fait de la localiser en son sein va faire gagner 300 kilomètres de transport en camion par jour, selon Laurent Duhem, responsable du schéma directeur de la logistique chez PSA à Mulhouse.

Pour un investissement limité à 125 000 euros du côté du constructeur, la réduction des coûts logistiques atteint environ 2,5 euros par véhicule produit, précise Laurent Duhem. L'usine PSA Peugeot Citroën de Mulhouse a assemblé 212 000 véhicules cette année et environ 230 000 sont prévus en 2014.

Employant près de 7 750 salariés en CDI et CDD, le site fabrique des Peugeot 2008 et des Citroën C4 et DS4.

Création d'une nouvelle zone d'activité

C'est la première fois qu'un fournisseur synchrone s'implante sur place. Mais sans doute pas la dernière. Ces dernières années, le site a été "compacté". Et pour gagner en compétitivité, il pourrait vendre à une société d'économie mixte créée par les collectivités locales une partie de ses terrains et bâtiments non utilisés. Le projet, baptisé "Porte Sud", porte sur près de 100 hectares. Il est censé permettre la création d'une nouvelle zone d'activités qui accueillerait industriels et logisticiens, dont certains en lien avec l'activité de PSA.

Thomas Calinon

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle