A Los Angeles, le duel Obama-Romney ne passionne pas les salariés

Si le citoyen américain n’hésite pas exprimer publiquement qui est son candidat préféré, le salarié garde le silence sur ses convictions politiques.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

A Los Angeles, le duel Obama-Romney ne passionne pas les salariés

Après les dégâts considérables occasionnés par l‘ouragan Sandy sur la côte est des Etats-Unis et les images de désolation qui défilent continument sur les chaines d’information américaines, les élections présidentielles risquent de passer encore plus au second plan. Même dans les environs de Los Angeles, sur la côte ouest des Etats-Unis épargnée par la catastrophe, les salariés des bureaux et des usines ne semblent pas se passionner pour le duel entre le président sortant Barack Obama et son concurrent républicain Mitt Romney.

Dans les grandes artères de Los Angeles, peu d’affichage invite à voter pour untel ou untel. Dans la cité du cinéma, ce sont plutôt les affiches du prochain James Bond ou du film très attendu "Flight" qui sont incontournables. Pourtant, dans l’une des banlieues aisées proches, dans la petite ville de Newport, où les voitures de sport et les yachts sont les signes de richesse les plus courus, le citoyen américain n’hésite pas à dire pour qui il vote.

Une ambiance guère politisée

En pleine période d’Halloween, à côté des citrouilles trônant dans le jardin, certains affichent des pancartes aux couleurs de la bannière étoilée appelant à voter Mitt Romney. Dans les bureaux ou les usines, c’est tout le contraire. Si le citoyen affiche ses préférences, le salarié garde prudemment pour lui ses convictions politiques.

L’ambiance n’est guère politisée comme dans cette entreprise de 900 personnes produisant des équipements électroniques. "Le rapport à la politique est très différent de celui qu’il y a en France. Ici, on ne parle surtout pas politique au bureau. C’est presque tabou et même considéré comme contre-productif. Si vous n’avez pas les mêmes opinions que votre chef, pourquoi prendre le risque de les exprimer?", explique un cadre français travaillant dans cette société.

Selon lui, le peu d’engouement autour de cette élection s’explique de deux manières. D’une part, dans le mode de scrutin indirect qui passe par l’élection de grands électeurs. D’autre part, parce que dans le comté, la victoire de Romney ne fait pas de doute.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS