A Londres, un drone aurait heurté un avion et il ne s'est rien passé

Un avion britannique aurait heurté "un drone" selon le pilote de l’appareil alors qu’il s’apprêtait à atterrir à l’aéroport Heathrow de Londres. L’Airbus A320 de la British Airways s’est pourtant posé en toute sécurité et n’a subi aucun dommage.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

A Londres, un drone aurait heurté un avion et il ne s'est rien passé

La première collision entre un avion et un drone a vraisemblablement eu lieu ce dimanche 17 avril à l'aéroport londonien de Heathrow. En janvier et février, une dizaine de drones volant à proximité d'avions ont été signalés à l'autorité britannique de l'aviation civile.

Une enquête ouverte

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Ce 17 avril, le pilote d'un Airbus A320 en provenance de Genève a signalé un impact, à l’avant de l’avion, à quelques minutes d’entamer sa manœuvre d’atterrissage à l’aéroport Heathrow de Londres. Interrogé par la police, le pilote a déclaré qu’il "pensait qu’il s’agissait d’un drone". L’appareil a pu se poser sans encombre.

L’Airbus A320-232 immatriculé G-EUYP n’a subi aucun dégât lors de la collision. Il a d’ailleurs repris son programme de vol normalement en partant pour Newcastle dans l’heure qui a suivi l’incident.

Une enquête est menée par la section investigation des accidents aériens britanniques (AAIB). Mais aucune trace du supposé drone à l’origine de la collision n’a été retrouvée. Aucune indication quant à sa taille n’a également été rendu publique.

Des alertes lancées depuis l’été 2015

Interrogé par The Telegraph, Philippa Oldham, à la tête des transports et des infrastructures à l’Institution des ingénieurs en mécanique, l’assure : "Un impact [entre un drone et un avion] peut potentiellement aller de rien à l’explosion de l’appareil." Il ajoute que : "Actuellement, il y a beaucoup de modélisation de scénarios pour regarder plus en détail la gravité des impacts. Les dommages causés dépendent de facteurs tels que la taille, la direction, la vitesse et l’emplacement de la collision."

Hormis ces modélisations de scénarios, cet incident rappelle qu’aujourd’hui, aucune étude n’a démontré de manière officielle le résultat d’une collision entre un drone et un avion.

Pierre Monnier

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS