À leur tour, le CNES et l’Onera veulent développer un lanceur réutilisable

Le Centre national d'études spatiales (CNES) et l’Office national d'études et de recherches aérospatiales (ONERA) viennent d’annoncer leur coopération pour tenter de créer un premier étage de lanceur réutilisable. L’objectif est de pouvoir effectuer plusieurs lancements avec la même base de lanceur. A la clé, une réduction des coûts de mise en orbite.

Partager

La fusée Ariane 5 lors d'un lancement à Kourou en Guyane.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Partenaires historiques de l’activité spatiale française, le CNES et l’ONERA s’associent à nouveau. Les deux institutions de recherches vont tenter de trouver des solutions techniques pour rendre le premier étage d’un lanceur capable de revenir sur Terre afin d’être réutiliser.

L’étude comportera deux volets. Le premier consistera à analyser le système de lancement durant la phase de récupération du premier étage. Le second s’attachera à effectuer des simulations numériques d’aérothermodynamique, notamment grâce à la plate-forme logicielle de simulation de référence pour l’énergétique et la propulsion (CEDRE) de l’ONERA.

SpaceX et Airbus déjà sur le front

Dans leur communiqué commun, Jean-Yves Le Gall, le président du CNES rappelle "un contexte de concurrence exacerbée". En effet, l’américain SpaceX, mené par le milliardaire Elon Musk, réalise déjà depuis le début de l’année des tests grandeur nature pour réaliser son lanceur réutilisable.

Pour sa part, Bruno Sainjon, le PDG de l’ONERA, souligne "la mise en œuvre des compétences pluridisciplinaires de l’ONERA aux côtés du CNES pour contribuer à définir et à évaluer les véhicules et systèmes aérospatiales du futur". Cette coopération pourrait même faire l’objet d’un Programme d’Intérêt Commun entre le CNES et l’ONERA.

Cet été, Airbus avait dévoilé son projet Adeline. Le constructeur aéronautique voudrait, lui, récupérer non seulement le premier étage, mais aussi le deuxième de la fusée Ariane afin de la réutiliser.

Dans les deux projets, la réutilisation des lanceurs serait synonyme d’économie. Le CNES et l’ONERA devront trouver les solutions qui leur permettraient de remettre en état le premier étage du lanceur dans un moindre coût qu’une production en série.

Pierre Monnier

Partager

NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS