Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

A la veille de la COP22, l’accord de Paris entre en vigueur… Et maintenant ?

Ludovic Dupin , , , ,

Publié le

L’Accord de Paris entre en vigueur le 4 novembre mais son application effective ne se fera qu’en 2020. D’ici là, il y a encore beaucoup de travail avant que le réchauffement climatique ne soit sous contrôle. 

A la veille de la COP22, l’accord de Paris entre en vigueur… Et maintenant ?

Le 4 novembre à trois jours de l’ouverture de la COP22 à Marrakech au Maroc, l’Accord de Paris, obtenu lors de la COP21 en décembre 2015, est entré en vigueur. A lui seul cet événement marque la prise de conscience du monde que la lutte contre le changement climatique est une priorité. Il aura fallu seulement 10 mois pour entériner cet accord. A titre de comparaison, l’accord de Kyoto signé en 1997 a demandé plus de sept ans pour être ratifié.

Concrètement que va-t-il se passer ? La Terre sera-t-elle en chemin de protéger son climat ? Non, car en réalité beaucoup reste à faire. L’accord de Paris a beau être d’ores et déjà ratifié, il ne doit entrer en application qu’en 2020, date à laquelle le protocole de Kyoto prendra fin. Une échéance lointaine alors que l’humanité est déjà en dehors des clous pour limiter le réchauffement en dessous de 2°C d’ici la fin du siècle.

Les trois années à venir vont demander énormément de travail pour définir quelles sont les manières de respecter l’accord de Paris. Chaque pays signataire s’est engagé sur des limitations ou des baisses des émissions des gaz à effets de serre à l’horizon 2030 . La communauté internationale doit s’entendre sur la manière de suivre le respect de ses engagements, ce qui demande de négocier des règles de transparence entre états.

Avoir voix au chapitre

Ces règles du jeu seront-elles négociées lors de la COP22 ? Impossible. 197 pays ont signé l’accord de Paris… Mais aujourd’hui "seulement" 79 l’ont ratifié. Or à Marrakech, seuls ces derniers pourront prendre part aux discussions et valider les décisions finales de la COP22. Une condition qui a expliqué l’empressement de l’Union européenne a ratifié l’accord alors que de nombreuses discussions sur la répartition de l’effort restent à avoir. Tous les pays qui ratifieront ultérieurement l’Accord de Paris auront leur mot à dire.

Durant les trois années à venir, l’autre grand sujet sera celui du financement de la transition énergétique et de l’adaptation au changement climatique dans les pays pauvres. La communauté internationale s’est engagée à fournir 100 milliards d’euros par an à partir de 2020. Selon la dernière estimation de l’OCDE, les fonds publics atteindraient à eux seuls 67 milliards de dollars contre 61,8 milliards calculés fin 2015 en additionnant financements publics et privés. L’ajout du secteur privé pourrait faire monter l’enveloppe entre 77 et 133 milliards d’euros, avec une somme médiane calculée à 92 milliards d’euros. Il reste un effort à fournir qui pourrait être engagé lors de la COP à venir.

Ludovic Dupin

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle