A l’Assemblée nationale, le colloque "anti-pharma" suscite bien des débats

L’Assemblée nationale accueille ce jeudi un colloque organisé par la députée européenne Europe Ecologie - Les Verts, Michèle Rivasi, pour s’opposer au poids des groupes pharmaceutiques dans la santé. L’initiative passe mal auprès du syndicat de cette industrie.

Partager

"Désintoxiquons notre santé de l'emprise des lobbys. Pour une autre politique du médicament en France". L’intitulé du colloque organisé ce jeudi 22 octobre à l’Assemblée nationale, à l’initiative de deux élus écologistes, ne prête pas à confusion. Les intervenants sont d’horizons divers : Irène Frachon, lanceuse d’alerte de l’affaire Mediator, Thierry Bodin, chercheur et syndicaliste CGT qui s’est battu contre la restructuration de la R&D chez Sanofi, des experts de la santé, jusqu’au très controversé professeur Philippe Even…

Un panel de personnalités aux positions trop "anti-industrie pharmaceutique" pour être accueillies au Palais Bourbon ? Le président du syndicat de l’industrie pharmaceutique (Leem), Patrick Errard, s’en est ému auprès du président de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone, via une lettre révélée par Le Canard Enchaîné.

Il craint que ne soit violée la règle selon laquelle les députés parrainant un colloque doivent être vigilants afin d'éviter les confusions possibles avec le travail parlementaire. Or ce jeudi se poursuivent justement les discussions sur le budget 2017 de la Sécurité Sociale (PLFSS), qui n’épargne déjà pas vraiment l’industrie pharmaceutique.

Le syndicat de l’industrie pharma, invité... malgré lui

Patrick Errard n’a pas obtenu de réponse de Claude Bartolone. "Je ne suis pas surpris", confie-t-il à l’Usine Nouvelle. Interrogé par l’agence de presse APM, le cabinet du président de l'Assemblée nationale estime qu’il n'avait "aucune raison de s'opposer à un débat politique" organisé par des parlementaires, qui disposent d'une "liberté d'exercice de leur mandat".

Invité de dernière minute au colloque – "initialement notre nom avait été mis à notre insu dans le programme !", accuse-t-il - Patrick Errard a choisi de ne pas y participer "au vu de la teneur du programme qui ne nous paraît pas donner lieu à un débat démocratique".

Un débat « plus équitable » sur la chaîne LCP

Les participants doivent échanger sur des sujets chauds : la "sur-prescription médicamenteuse", les pistes pour baisser le prix du médicament - comme la licence obligatoire, évoquée pour l’onéreux traitement de l’hépatite C Solvaldi - et pour éviter les conflits d'intérêts…

Des propositions reprises par la députée européenne Michèle Rivasi, l’instigatrice de ce colloque, dans un livre polémique publié ce jeudi avec une ancienne juge d’instruction et un pharmacien intitulé : "Le racket des laboratoires pharmaceutiques et comment en sortir".

"Il y a de nombreuses solutions que l’on peut prendre via le PLFSS, le projet de loi Santé, ou encore la loi anti-corruption que prépare Michel Sapin, estime la députée d'Europe Ecologie - Les Verts auprès de L’Usine Nouvelle. Il faut aussi mettre fin aux allers-retours des experts entre les autorités de santé et les laboratoires, monter un corps d’experts indépendants payé par l’Etat qui réalise tous les contrôles sur la valeur ajoutée des médicaments."

Patrick Errard aura finalement l’occasion de battre le fer avec elle, mais dans un autre cadre, qu’il juge plus équitable : l’émission « Ça vous regarde » de la chaîne parlementaire LCP, enregistrée ce jeudi soir pour une diffusion vendredi 23 octobre.

Gaëlle Fleitour

Partager

NEWSLETTER Santé
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS