Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

A Golbey, comment Norske Skog résiste à la chute des volumes de papier

Franck Stassi , , ,

Publié le

Reportage La plus importante unité de production de papier journal d’Europe de l'Ouest se trouve dans les Vosges. A Golbey, depuis 26 ans, l’usine de Norske Skog, filiale du groupe norvégien, s’est adaptée à la baisse des volumes commandés et a entamé un processus de diversification.

A Golbey, comment Norske Skog résiste à la chute des volumes de papier
L'usine a fortement réduit ses effectifs ces dernières années.
© Franck Stassi

Dans les grandes salles où sont logées les deux machines à papier de l’usine de Norske Skog à Golbey (Vosges), on croise peu d’employés. Quelques bureaux pour le management, des conducteurs de ligne. A l’étage, dans les salles de contrôle, quatre personnes surveillent les chaudières, les fluides et les effluents du site de 70 hectares. L’imposante installation (600 000 tonnes de papier par an), devenue la plus grande papeterie d’Europe de l’Ouest, a réduit ses effectifs de 580 à 325 salariés en cinq ans, à volume de production constant.

"Le papier journal est en perte de vitesse depuis dix ans. Dans le groupe, à l’horizon 2020, 25% de revenus supplémentaires seront générés par des activités en-dehors de notre cœur de métier, dans les éco-matériaux, la chimie verte et les énergies renouvelables", commente le directeur achats et logistique de l’usine, Jean-François Serre.

Au-delà des gains de productivité, ces dernières années, Norske Skog Golbey s’est attaché à renforcer les liens avec son environnement et ses performances environnementales : création d’une  unité de production de biogaz pour méthaniser ses effluents de station d’épuration (7,1 millions d’euros) en juin dernier, accueil du producteur suisse de panneaux isolants Pavatex en 2013, développement du cluster Green Valley, création d’une turbine de cogénération fonctionnant au moyen de la biomasse (2007)… Seul accroc, indépendant de Norske Skog, la faillite, en 2014, du fabricant de ouate de cellulose NrGaïa, lui aussi installé sur le site. Une stratégie qui permet de mutualiser les coûts des services généraux (poste de garde, parking, restauration…)

Une qualité améliorée du papier recyclé

Norske Skog a tissé des liens avec la grande région transfrontalière. 10% des papiers récupérés qu’elle utilise proviennent de Belgique, d’Allemagne et de Suisse. Au total, 500 000 tonnes de papiers récupérés (issus à 80% de la collecte sélective et à 20% du circuit industriel) alimentent l’usine. 32% des approvisionnements proviennent du bois (500 000 tonnes brutes de sapin et d’épicéa), sélectionné pour ses fibres longues. "Clairement, le papier recyclé est de meilleure qualité qu’un papier 100% filandreux. Je l’ai connu moins résistant, mais les papetiers ont su travailler sur leurs produits", lance Eric Singer, directeur achats et logistique de L’Est Républicain (140 000 exemplaires par jour), client de longue date de Norske Skog Golbey pour son imprimerie d’Houdemont (Meurthe-et-Moselle).

Le papier journal doit atteindre un taux de blancheur de 60%. Il est contrôlé en bout de chaîne.

"Il faut soutenir les entreprises en apportant des services et des solutions, moderniser la collecte, et le tri tout en maîtrisant les coûts, et mobiliser les Français pour trier davantage", abonde Christophe Neumann, directeur régional de l’éco-organisme Citeo (ex-Eco Emballages et Ecofolio), qui collabore avec l’usine.

Les équipes de Norske Skog ne récupèrent, certes, que deux sortes de papiers (le 1.09, journaux et magazines à désencrer, et le 1.11, papiers graphiques triés pour désencrage), mais dans des volumes colossaux : une centaine de camions de vingt tonnes chacun arrivent chaque jour sur le site. Pour 100 kg de papiers récupérés, 75 kg de pâte peuvent être fabriqués. 1500 tonnes de papier sont consommées chaque jour dans la chaîne de fabrication, dotée d’un trommel et d’extracteurs. Hors agrafes, 9 tonnes de déchets sont retirées chaque jour de ce gisement. Elles sont redirigées chez le recycleur alsacien Schroll.

La consommation énergétique en question

La sciure, elle, est revendue à Egger, une entreprise autrichienne spécialisée dans les revêtements en bois. 75% de plaquettes de scieries et 25% de rondins constituent les approvisionnements en bois de l’usine. Le bois assure 98% de rendement.

Cet incessant flux de matières n’est pas sans conséquence, dans le process de fabrication (qui se poursuit par les machines à papier, mises en service en 1992 et en 1999), sur la consommation énergétique de l’usine. En cas de surcharge du réseau électrique, le site peut être déconnecté du réseau et restituer de la puissance aux communes environnantes. Entre 2006 et 2020, l’usine compte diminuer son empreinte carbone de 30%. Le transport par train (35% des départs de marchandises) a, toutefois, tendance à se réduire continuellement au profit des transports routiers. De la colle déshydratée permet pour sa part de conditionner les bobines en vue de leur livraison.

Signe de sa volonté de mieux communiquer, l’usine s’est par ailleurs dotée non pas d’un journal papier, mais d’une page Facebook et d’un compte Twitter, pour faire connaître son actualité à l’extérieur de ses murs, et aussi recruter. Le poste de mécanicien bobineur est toujours à pourvoir…

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle