Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

A Fukushima, le coût du démantèlement des réacteurs nucléaires s’envole

Ludovic Dupin ,

Publié le

Selon une nouvelle estimation du gouvernement japonais, les premièrs devis pour le démantèlement de la centrale de Fukushima ne pourront pas être tenus. Les experts se refusent à donner un nouveau montant précis. 

A Fukushima, le coût du démantèlement des réacteurs nucléaires s’envole © Recoquillé-Bression / IRSN

Inquiétude du côté de Tokyo. Les coûts de l’accident nucléaire de Fukushima en mars 2011, qui a vu la destruction de 4 réacteurs suite à un tremblement de terre et un tsunami, risquent de s’envoler sérieusement. Initialement, le devis du gouvernement japonais pour récupérer les cœurs fondus, démonter les installations, traiter les milliers de mètres cubes d’eau contaminées et dépolluer les sols avait été chiffré à 2000 milliards de yens, soit un peu plus de 18 milliards d’euros. Cette somme comprend aussi le démontage des deux réacteurs à l’arrêt lors de la catastrophe et qui n’ont pas connu d’accident.

30 ans de travaux

Dans une nouvelle estimation rendue publique mardi 25 octobre par le ministère de l’industrie, il est annoncé que le devis ne pourra pas être respecté. Pire, les experts se refusent à donner un nouveau chiffrage. Le document officiel se contente de préciser que le coût va croître de plusieurs milliers de milliards de yens, donc de plusieurs milliards d’euros. La nouvelle analyse juge aussi qu’il faudra au moins trois décennies pour récupérer les coriums. Il s’agit du point le plus délicat. Ce mélange de combustible et de métal fondu est hautement radioactif. Ces éléments sont sortis de la cuve du réacteur pour s’enfoncer dans le radier – la base en béton – de la centrale. L'opération pour les localiser précisément est déjà à elle seule d’une grande complexité.

A cette somme de démantèlement et de dépollution, il ne faut pas oublier les dommages et intérêts à verser aux particuliers et aux entreprises qui ont dû quitter la région, parfois définitivement. Ces sommes devraient avoisiner les 10 000 milliards de yens, soit environ 88 milliards d’euros.

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

27/10/2016 - 19h08 -

Le japon paye ses erreurs et continuera de les payer, pas qu'en argent ,sans doute encore longtemps ? La France elle continue de préférer l'atome qui nous coûte très cher alors que si cet argent était investit dans les renouvelables il nous permettrait déjà de fermer quelques sites? Puisque si les changements climatiques se précisent, il se pourrait bien qu'un jour nous n'ayons plus assez d'eau pour refroidir nos usines ? Où à l'inverse, que la montée des eaux noient certaines installations ? Aujourd'hui il est encore temps de faire ce choix ! Associer production renouvelables et stockage de masse pour produire sans risque et sans déchets.
Répondre au commentaire
Nom profil

26/10/2016 - 23h55 -

Bref 600 tonnes de materiel hautement radioactif est condamné a contaminer locean pacifique pendant les 30 prochaines annees , ce fut un honneur de cohabiter avec vous humains
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle