A Fukushima, le coût du démantèlement des réacteurs nucléaires s’envole

Selon une nouvelle estimation du gouvernement japonais, les premièrs devis pour le démantèlement de la centrale de Fukushima ne pourront pas être tenus. Les experts se refusent à donner un nouveau montant précis. 

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

A Fukushima, le coût du démantèlement des réacteurs nucléaires s’envole

Inquiétude du côté de Tokyo. Les coûts de l’accident nucléaire de Fukushima en mars 2011, qui a vu la destruction de 4 réacteurs suite à un tremblement de terre et un tsunami, risquent de s’envoler sérieusement. Initialement, le devis du gouvernement japonais pour récupérer les cœurs fondus, démonter les installations, traiter les milliers de mètres cubes d’eau contaminées et dépolluer les sols avait été chiffré à 2000 milliards de yens, soit un peu plus de 18 milliards d’euros. Cette somme comprend aussi le démontage des deux réacteurs à l’arrêt lors de la catastrophe et qui n’ont pas connu d’accident.

30 ans de travaux

Dans une nouvelle estimation rendue publique mardi 25 octobre par le ministère de l’industrie, il est annoncé que le devis ne pourra pas être respecté. Pire, les experts se refusent à donner un nouveau chiffrage. Le document officiel se contente de préciser que le coût va croître de plusieurs milliers de milliards de yens, donc de plusieurs milliards d’euros. La nouvelle analyse juge aussi qu’il faudra au moins trois décennies pour récupérer les coriums. Il s’agit du point le plus délicat. Ce mélange de combustible et de métal fondu est hautement radioactif. Ces éléments sont sortis de la cuve du réacteur pour s’enfoncer dans le radier – la base en béton – de la centrale. L'opération pour les localiser précisément est déjà à elle seule d’une grande complexité.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

A cette somme de démantèlement et de dépollution, il ne faut pas oublier les dommages et intérêts à verser aux particuliers et aux entreprises qui ont dû quitter la région, parfois définitivement. Ces sommes devraient avoisiner les 10 000 milliards de yens, soit environ 88 milliards d’euros.

Partager

NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS