Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

A Francfort, Renault mise sur la Megane 4 pour séduire

Pauline Ducamp , ,

Publié le

La quatrième génération de la Mégane s'impose comme la véritable nouveauté de Renault au salon de Francfort. Cette compacte de segment C doit contrer les leaders du marché, les Peugeot 308 et Volkswagen Golf.

La Renault Megane 4, exposée sur le salon IAA de Francfort - Crédits : Pauline Ducamp

Pour son vingtième anniversaire, la Mégane ne veut pas jouer les jeunes filles en fleur, mais plutôt les armes de conquête. Renault a dévoilé en première mondiale le 15 septembre, au salon de Francfort (Allemagne), la quatrième génération de sa berline compacte, avec un objectif clair : tailler des croupières aux deux leaders du segment (toutes deux sacrées Voiture de l'Année en 2013 et 2014), les Volkswagen Golf 7 et Peugeot 308.

Un segment compliqué

Avec 37% des ventes des 12,9 millions de véhicules vendus en Europe en 2014, le segment C reste un marché très dynamique, mais aussi très concurrentiel. "Les ventes de crossovers croissent de manière régulière pour représenter 27% des ventes du segment sur les sept premiers mois de l'année, contre 22%, quatre ans plus tôt, souligne Josselin Chabert, analyste chez PwC Autofacts. Ceci se fait principalement au détriment des monospaces de segment C qui reculent de près de 3% sur la même période, représentant un peu moins de 11% des ventes du segment, et des berlines reculant de près de 2% à 58%".

Pour Josselin Chabert, les berlines de segment C n'en restent pas moins "des véhicules stratégiques pour asseoir la place des constructeurs sur le marché". "Ce type de véhicule couvre 20% du marché européen, il y a donc une vraie bataille sur ce segment, acquiesce Thierry Bolloré, directeur chargé de la compétitivité chez Renault. Et nous pouvons atteindre une marge à deux chiffres sur cette voiture".

Petite Talisman

Pour y parvenir, Renault a d'abord insisté sur le design. La Mégane s'insère avec cohérence dans la gamme, sa face avant au large logo lui donne de faux-airs de petite Talisman (la grande berline de segment D, l'autre nouveauté de Renault sur le salon). "Je ne sais pas si c'est volontaire, mais la Mégane et la Talisman se confondent stylistiquement, et c'est réussi", souligne le directeur programme segment C d'un autre constructeur français. Les flancs creusés, une déclinaison sportive GT avec quatre roues directionnelles et les optiques de la Talisman lui donnent des arguments face à la 308, autre réussite stylistique du segment.

Crédits : Renault 

Partage maximal de composants

Le business-modèle de la Mégane 4 repose surtout sur le partage des composants. "La plateforme CMF C/D [celle de l'Espace, la Talisman, ndlr] nous autorise l'introduction très rapide sur cette voiture de technologies du segment supérieur", souligne Delphine de Andria, directrice programme segment C chez Renault. Sur la finition supérieure, la Mégane 4 disposera ainsi d'un écran tactile proche de celui de l'Espace. Les roues directionnelles viennent elles de la Talisman. "C'est une première mondiale dans le segment C, et c'est un avantage sur ce segment, poursuit Delphine De Andria. Beaucoup de client recherchent en effet la sportivité mais veulent aussi une voiture polyvalente pour la vie de tous les jours".

Renault a tellement bien réussi l'exercice de la commonalité, qu'il est difficile de trouver une véritable nouveauté technologique sur la Mégane 4. "La signature lumineuse avant et arrière est une vraie première, note Thomas Brient, directeur commercial segment C chez Renault. Les feux arrière seront allumés en plein jour, pour mieux la reconnaître".

Production en Espagne

A ce fort taux de commonalité, Renault ajoute une production en Espagne, dans son usine de Palencia. Le site fabrique déjà la plateforme CMF C/D, avec le modèle Kadjar. Les investissements industriels se sont donc concentrés sur une adaptation pour accueillir la Mégane 4.

"Nous avons par exemple investi 80 millions d'euros en tôlerie, qui correspondent aux frais de remplacement pour passer à la quatrième génération de Mégane", note Delphine De Andria. Palencia fait par ailleurs partie des usines les plus compétitives du groupe Renault en Europe, l'équation économique semble donc réussie, ce qui ne sera pas de trop pour affronter des modèles comme la nouvelle Opel Astra ou la Kia Cee'd.

Les premiers exemplaires de pré-série sortent actuellement de Palencia. Renault commercialisera la quatrième génération de la Mégane en janvier. L'année dernière, la marque au losange avait écoulé 150 000 exemplaires de la Mégane 3. Depuis son lancement en 1995, Renault en a commercialisé 6,6 millions.

Pauline Ducamp, à Francfort

 

 

Réagir à cet article

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus