Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

A Escaudoeuvres, Tereos mise sur l'exportation du sucre français

Adeline Haverland , , , ,

Publié le

Bonne nouvelle Tereos  a inauguré son centre de logistique export à  Escaudoeuvres  dans les Hauts de France, l'un des plus grands de la filière.  Une façon pour le numéro 2 mondial du sucre de confirmer ses ambitions sur les marchés étrangers.  

A Escaudoeuvres, Tereos mise sur l'exportation du sucre français
Inauguration du centre logistique export de Tereo
© Ah

Deux lignes de production qui fonctionnent 24 heures sur 24 et 6 jours sur 7 jours 1 680 tonnes chargées dans 70 conteneurs par jour, une capacité maximum de 500 000 tonnes et un investissement de 7 millions d'euros... Le centre logistique export du français Tereos, inauguré mardi 20 novembre à Escaudoeuvres, dans les Hauts de France, a de quoi impressionner. Avec ses 1 000 mètres carré dédiés à l'exportation de sucre vers le grand export et notamment l'Afrique et le Moyen Orient, le numéro 2 mondial du sucre confirme son ambition de trouver de nouveaux débouchés à l'international pour son sucre.

L'export, une priorité pour tereos depuis la fin des quotas

Alors que les cours du sucre ont atteint, en septembre, leur plus bas historique sur les 13 dernières années, tirés par des récoltes records en Inde et au Brésil et impactés par l'augmentation de la production européenne liée à la fin des quotas, les sucriers européens jouent des coudes pour trouver de nouveaux débouchés. Tereos a fait, dès le début des années 2000, le choix de l'internationalisation. Une politique qui permet aujourd'hui à l'entreprise française de réaliser plus de 75% de son chiffre d'affaire hors de France.


(Alexis Duval, président du directoire lors de l'inauguration du centre logistique export crédit AH)

Et l'inauguration du centre d'export d'Escaudoeuvre le 20 novembre confirme la stratégie du groupe français. La coopérative a, en effet, décidé de mutualiser et centraliser les volumes de tous ses sites de production pour les concentrer à Escaudoeuvre d'où partent les conteneurs à destination des grands ports européens avant de rejoindre leur destination finale en Afrique, au Moyen Orient ou en Amérique Latine. "La survie de notre savoir-faire industriel passe aujourd'hui par la conquête de nouveaux marchés internationaux, a expliqué Alexis Duval, président du directoire de la coopérative. Le projet d'Escaudoeuvres s'inscrit dans une stratégie commerciale globale à un moment où la consommation de sucre croit dans le monde mais décline en Europe". 


L'opportunité du canal Seine-Nord

Mis en service au début de la campagne 2017, le centre logistique export a déjà permis à la coopérative d'envoyer 250 000 tonnes de sucre à l'étranger. Un résultat qui représente à peine la moitié de la capacité maximale du site estimée à 500 000 tonnes. Des chiffres qui font du centre logistique export l'un des plus gros sites de chargement de conteneurs de France.

Cette charge pourrait encore être doublée lorsque le canal Seine-Nord sera opérationnel, "en y ajoutant les volumes de sucre, de céréales et d'amidon de nos usines situées en Picardie, plus en amont du canal, notre potentiel sera d'un million de tonnes par an" a précisé Alexis Duval. S'il est concrétisé, cet objectif ferait du groupe sucrier, qui possède dix unités de production toutes activités confondues dans la région, l'un des principaux utilisateurs du canal.

(En 2017, 250 000 tonnes de sucre ont été exportées depuis Escaudoeuvres, crédit AH)

 

Un contexte de crise interne

Cet objectif intervient alors que la stratégie d'internationalisation de la coopérative est remise en cause par certains de ses coopérateurs, qui critiquent notamment le manque de transparence de la direction. Exclus de la coopérative, les contestataires ont assigné en référé Tereos le 8 novembre dernier devant le tribunal de grande instance de Saint-Quentin (Aisne). Un nouveau rebondissement alors que la coopérative a annoncé l'organisation d'élections partielles les 3 et 4 décembre pour renouveler les conseillers régionaux et rétablir la stabilité... en attendant la prochaine assemblée générale prévue pour juin 2019. 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle