Quotidien des Usines

A Ennezat, Limagrain produit de la vapeur à partir de résidus de maïs

, , , ,

Publié le

Le 26 juin, Limagrain a inauguré sur le site de sa filiale Limagrain Céréales Ingrédients, situé à Ennezat dans l'agglomération de Riom (Puy-de-Dôme), une chaufferie biomasse produisant de la vapeur à partir de résidus de maïs.

A Ennezat, Limagrain produit de la vapeur à partir de résidus de maïs © Zanastardust - Flickr - C.C.

Les entreprises citées

Fini le recyclage en litière pour chats… Limagrain utilisera désormais les résidus de maïs (aussi appelés rafles) issus de la première transformation du maïs pour couvrir ses besoins en vapeur. La coopérative agricole a fait appel à Dalkia - filiale de Veolia Environnement spécialisée dans l’énergie -, pour installer sur le site auvergnat de sa filiale Limagrain Céréales Ingrédients située à Ennezat dans l'agglomération de Riom, près de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), une chaufferie biomasse utilisant ce co-produit comme combustible. "Une première en France mais aussi en Europe", précise Franck Lacroix, le président de Dalkia.

Limagrain utilisait auparavant deux chaudières à gaz pour produire la vapeur nécessaire à ces procédés de production et les rafles de maïs étaient envoyées dans le sud-ouest pour être transformées en … litière pour chats. "C’est 200 camions qui ne seront plus sur les routes et l’économie de gaz se chiffre à plus de 80 %", avance Jean-Yves Foucault, le président de Limagrain.

Désormais, les 4 000 tonnes de rafles, produites essentiellement entre septembre et octobre après la récolte de maïs, seront stockées sur le site et alimenteront la chaufferie biomasse tout au long de l’année. La vapeur produite servira à alimenter deux unités de première et seconde transformation du maïs.

Le projet a nécessité un investissement de 2,4 millions d’euros. Limagrain a investi 1,4 million d’euros en fonds propres et a reçu des aides pour un montant total d’1 million d’euros, dont 400 000 euros dans le cadre du Fonds chaleur de l’Ademe. Conçue par la PME locale Compte-R, la chaudière sera exploitée durant dix ans par Dalkia.

Initié en 2009 suite aux réflexions de Limagrain sur l’efficacité énergétique de ses sites, le projet a mis près de quatre ans à se concrétiser. Car, si la rafle de maïs possède un pouvoir calorifique deux fois supérieur à celui des plaquettes de bois, sa valorisation s’est révélée ardue sur le plan technique.

Camille Chandès

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte