Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

À Douai, Renault cultive le premium

,

Publié le

Pendant trois ans, la marque au losange a transformé l’usine nordiste en site dédié aux modèles haut de gamme. L’Espace, dont la production démarre, incarne cette rupture.

À Douai, Renault cultive le premium
L’atelier de peinture est entièrement automatisé. Des robots de nouvelle génération autorisent l’application des teintes à effet. 

On est dans le paddock samedi soir, juste avant le début de la course. » Le nouvel Espace n’a certes pas le look d’une Formule 1, mais pour Jean-Philippe Daveau, le directeur qualité de l’usine de Douai (Nord), les trois ans de travaux que vient de subir le site ressemblent fort à la semaine qui sépare deux grands prix. Celle pendant laquelle on revoit les technologies et prépare la stratégie. La course, c’est le retour de Renault dans le haut de gamme. Pour réussir ce pari, Douai doit devenir une usine « first class ». Première réalisation concrète, l’Espace, qui a été dévoilé lors du Mondial de l’Automobile, en octobre dernier, à Paris. Le site va également produire, cette année, une grande berline, le futur Scénic et, l’an prochain, un crossover de segment D.

Cap vers le haut de gamme est le nom du plan stratégique mené depuis un an par le directeur de Douai, Franck Naro, et il ne s’arrête pas au coup de peinture fraîche passé ces derniers mois sur les murs de l’usine. Devenir un site haut de gamme passe d’abord par des processus de production premium. Une enveloppe de 420 millions d’euros a été allouée pour installer, entre autres, un système de découpage laser des plastiques et le premier atelier d’emboutissage à chaud du groupe. Ce système presse la tôle à 900 degrés, puis la refroidit sous presse. L’acier prend ainsi les caractéristiques de l’acier trempé. Usine pilote, Douai aidera bientôt le site de Valladolid (Espagne) à mettre en place cette technologie. À l’assemblage, la pratique du flux premium, inspirée par Infiniti, la griffe haut de gamme de Nissan, a été intégrée. Les bords de ligne, encore encombrés de cartons et d’étagères roulantes il y a un an et demi, sont désormais dégagés. Douai a adopté la méthode du « full-kitting ». Les 1 200 opérateurs voient leurs collègues de la logistique leur livrer directement sur leur poste les pièces nécessaires. « En moyenne, ils ont une minute trente pour réaliser leurs opérations de montage, explique Jean-Philippe Daveau. Pour un Espace, ils auront besoin de plus de temps, mais seront plus nombreux et suivront le véhicule sur trois postes de montage. »

Monospace sous surveillance

Les salariés ont découvert le nouvel Espace depuis plus d’un an. « C’était très tôt dans le processus de fabrication, souligne Franck Naro, dans le showroom de l’usine, entre deux Espace de présérie. Nous voulions les embarquer pleinement dans le projet. » Bien avant ce premier contact, le directeur a lancé des rencontres entre ses opérateurs et les responsables du design et du plan produit. « Le plan de formation Passeport usine haut de gamme concerne 40 salariés par semaine, qui s’imprègnent de cette culture premium », explique Jean-Philippe Daveau.

L’intégration de cette culture premium dépasse l’exposé théorique. Depuis novembre 2013, des salariés de Mercedes se mêlent aux équipes de Douai. Renault a en effet fait appel à son partenaire stratégique pour passer de la production d’un Scénic mainstream à celle de l’Espace haut de gamme. « Quand Daimler a estimé la qualité de l’Espace pour la première fois, il y avait un écart de 25 % environ avec leur système d’évaluation. Aujourd’hui, cet écart n’est plus que de 3 à 4 % », constate Franck Naro.

Tout au long de la chaîne de production, le monospace est sous surveillance. Dans l’atelier ferrage, au premier étage, l’ingénieur Thierry Gaucheron guette l’affleurement entre les différentes pièces de la caisse en acier et de la carrosserie en acier, aluminium ou polymère, pour renforcer la qualité perçue. À la peinture, un opérateur contrôle que le blanc nacré de la carrosserie correspond bien à sa plaque-étalon. Ce travail consciencieux a payé.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle